Centre de santé communautaire de Garantiguibougou : L’exigence de la Trésorière sortante du bureau fait peur

La démarche de Dr Traoré Bintou Sangaré bouleverse certaines pratiques dans ce pays où les gestionnaires de fonds publics affichent une certaine frilosité dès lors qu’il s’agit d’audit de leur gestion. La Trésorière générale de la commission provisoire de gestion exige un audit avant toute passation avec l’équipe entrante.  

Le Centre de Santé Communautaire de Garantiguibougou (Cscom) en commune V du district de Bamako continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Depuis 2013, un bureau provisoire mis en place par la mairie de la commune V suite à de sérieuses difficultés gérait les affaires du Cscom de Garantiguibougou. Dans ce bureau provisoire de redressement du centre de santé, les caisses ont été confiées à Traoré Bintou Sangaré qui est aussi le médecin chef. Vers le mois d’août, il a été procédé à la mise en place d’un nouveau bureau dans des conditions décriées en l’absence de la Trésorière, laquelle devait présenter son rapport financier devant les sociétaires de l’association. A son retour de congé, elle se bat pour obtenir la tenue d’une rencontre au cours de laquelle elle présente son bilan approuvé par l’assistance. Déjà, Dr Traoré Bintou Sangaré était dans le collimateur de certains membres du nouveau bureau.      Face aux dénonciations de mauvaise gestion ou de gestion opaque, Dr Traoré qui dit avoir la conscience claire et nette, pense que l’audit est le seul moyen de savoir qui a fait quoi. Dans les échanges de lettres avec le maire de la commune V, Amadou Ouattara, elle a manifesté clairement sa volonté de faire contrôler sa gestion par un auditeur indépendant. Elle conditionne toute la passation avec l’équipe entrante à cet audit. Une fois l’audit fait, elle se dit prête  à procéder à la passation de services en bonne et due forme en dépit des irrégularités ayant émaillé, selon elle, la mise en place du nouveau bureau. Cette exigence de la Trésorière sortante fait peur. Dans un pays où les gestionnaires de fonds publics affichent une certaine frilosité dès lors qu’il s’agit d’audit de leur gestion, sa démarche bouleverse certaines pratiques mais mérite d’être saluée et soutenue par tout responsable.  Soucieuse du bon fonctionnement de ce centre au profit des populations et surtout conformément à son serment de médecin, elle estime qu’il est de son devoir de jouer à la transparence afin de mener une croisade contre les pratiques peu orthodoxes qui minent les comités de gestion de ces centres de santé de proximité. Les manœuvres en cours pour la faire muter du Cscom de Garantiguibougou font sourire le Dr Traoré qui affiche une satisfaction morale au regard du bilan du bureau provisoire dont elle était la trésorière. Selon elle, il a été constatée que la situation du centre de santé de Garantiguibougou a connu une nette amélioration sous la gestion de l’équipe provisoire. Non seulement les travailleurs ne tirent plus le diable par la queue mais aussi les caisses sont suffisamment garnies.

Selon une source concordante, un auditeur était le 14 novembre dernier dans les locaux du Cscom de Garantiguibougou. La peur risque de changer de camp dans les jours à venir.

Chiaka Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *