Des millions de personnes en insécurité alimentaire

Selon les dernières estimations de l’analyse du Cadre Harmonisé de mars 2017, plus de 3,8 millions de personnes seront considérées comme étant dans le besoin en termes de sécurité alimentaire au cours de la période de soudure de juin à août 2017. Parmi elles, plus de 600 000 personnes seront en situation de « crise » ou d’« urgence » (phases 3 et 4 selon la nomenclature de l’IPC pour les pays du CILSS) et 3,2 millions de personnes seront « sous pression » (phase 2). Ces données indiquent une dégradation de la situation par rapport à l’an dernier, avec près d’un million de personnes supplémentaires dans le besoin cette année.
500 écoles sont fermées dans les zones touchées par l’insécurité
À l’échelle du pays, en mars 2017, plus de 500 écoles sont fermées dans les zones touchées par l’insécurité. Selon les données du Cluster Éducation, la région de Mopti compte à elle seule 270 écoles actuellement fermées et des nouveaux cercles (Mopti, Djenné et Douentza) se trouvent dorénavant affectés par le phénomène. Environ 150 000 enfants sont déscolarisés ou non-scolarisés du fait de ces fermetures d’écoles et environ 1630 enseignants sont absents dans les zones touchées par l’insécurité. Quant à l’appel de fonds de 35 millions de dollars pour soutenir les interventions humanitaires dans le secteur de l’éducation en 2017, il n’y a aucun financement confirmé à ce jour, selon les données rapportées au service de suivi financier d’OCHA (FTS).
10 000 nouveaux déplacés au centre

Selon le bulletin humanitaire d’OCHA, ce sont quelque 10.000 personnes qui ont été contraintes de quitter la zone du Macina au centre du pays suite aux violences survenues le 11 février 2017. La même source indique que l’aide du Gouvernement et des organisations humanitaires à ces nouveaux déplacés est en cours. « Les déplacés ont été recensés et des évaluations rapides ont identifié leurs besoins les plus urgents, notamment en matière de nourriture, articles essentiels ménagers, abri, eau, hygiène et assainissement. Les organisations humanitaires ont commencé à distribuer des produits non-alimentaires de base (nattes, ustensiles de cuisine, etc). Des distributions de produits pour purifier l’eau, produits d’hygiène féminine et de vivres couvrant 3 mois de nourriture pour les 10 000 nouveaux déplacés sont aussi prévues. Des cliniques mobiles ont rejoint les personnes déplacées dans les zones de Tenenkou et Niono. Par ailleurs, le recensement des enfants déscolarisés du fait de leur déplacement est aussi en cours, en vue de leur apporter un soutien en matière d’éducation », précise le bulletin.
Rassemblées par DTK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *