Filière Gomme arabique au Mali : Les acteurs s’organisent pour la création de l’interprofession

Un grand pas a été franchi dans le cadre de l’organisation des acteurs du secteur de la gomme arabique au Mali. Après la mise en place des bureaux des fédérations régionales de producteurs, de collecteurs et d’exportateurs de gomme arabique à Kayes, Ségou, Mopti et Tombouctou, les acteurs (producteurs, collecteurs et exportateurs) étaient en assemblée générale de mise en place des bureaux des Confédérations nationales à Bamako. C’était du 15 au 16 juin 2017 à la Maison des Aînés de Bamako. La cérémonie d’ouverture de cette importante rencontre a été présidée par le représentant du Ministre du Commerce, M. Mohamed Sidibé, coordinateur de l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré (UMOCI) en présence des représentants des fédérations régionales des zones de production.

Le secteur gomme arabique fait partie des secteurs économiques porteurs pour le Mali. Son exportation génère d’importantes ressources et contribue ainsi à l’amélioration de la balance commerciale du Mali. C’est pourquoi, en 2012, le Gouvernement du Mali et le Bureau des Nations Unies pour le service d’appui au Projet (UNOPS) ont signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre du « Projet de renforcement des capacités productives et commerciales de la filière gomme arabique au Mali ».

Le projet contribue à l’amélioration des revenus des acteurs directs de la filière gomme arabique et à réduire la pauvreté au Mali par l’exploitation rationnelle et l’exportation de la gomme arabique.

En mai 2014, le Projet dont l’un des résultats majeurs est la création de l’Interprofession de la filière, a été officiellement lancé par le Ministre du Commerce.

A en croire le représentant du ministre, depuis le lancement des activités du projet, l’Unité de Mise en œuvre du Cadre Intégré (UMOCI) s’attelle à la réalisation des activités majeures afin de garantir l’atteinte des résultats escomptés dans le délai. Ces activités ont porté spécifiquement sur le volet renforcement des capacités productives, notamment les activités liées à la production des plants en pépinière. Dans ce cadre, les acteurs ont bénéficié des semences d’acacia Senegalencis, des équipements de pépinière, des forages avec système d’hydraulique villageois amélioré, des équipements de clôture de pépinière, des formations, etc.

Dans le cadre du volet organisation, il a été mis en place 135 sociétés coopératives de production, 35 sociétés coopératives de collecteurs, 03 sociétés coopératives d’exportateurs, 19 unions de sociétés coopératives et 06 fédérations régionales d’unions de sociétés coopératives à Kayes, Ségou et Mopti. Ces organisations ont été mises en place conformément aux textes de l’OHADA notamment l’Acte n°9 relatif aux Sociétés Coopératives.

Pour parachever ce volet organisationnel, l’UMOCI a fait élaborer les Statuts et Règlements Intérieurs des Bureaux des Confédérations nationales par famille professionnelle par les soins d’un Consultant. Il s’agissait donc au cours de cette rencontre de deux jours, de renforcer les capacités d’appréhension de certains textes comme le décret n°08-793 fixant les modalités de création et d’enregistrement des organisations interprofessionnelles agricoles, les textes de l’OHADA portant sur les interprofessions agricoles. Il s’agit, entre autres de doter le secteur de documents juridiques (Statuts et Règlements intérieurs des Bureaux des Confédérations nationales par famille professionnelle) et surtout procéder à la mise en place des bureaux des Confédérations nationales par famille professionnelle.  Au nom du Ministre du Commerce, le coordinateur de l’UMOCI, Mohamed Sidibé, s’est réjoui de l’engouement constaté chez les acteurs qui sont venus de toutes les zones. Ce qui, selon lui, témoigne de l’intérêt qu’ils accordent à l’organisation de leur secteur pourvoyeur d’emplois.

La valorisation de la filière gomme arabique du Mali avec l’organisation des acteurs autour des Sociétés Coopératives, des Unions de Sociétés Coopératives, des Fédérations Régionales, des Confédérations Nationales et à terme l’Interprofession de la filière, peut créer 20.000 emplois directs ruraux surtout pour les jeunes et les femmes et 60.000 emplois indirects. Aussi, la création des unités de nettoyage, de concassage de la gomme arabique est un atout certain pour garantir la création d’emplois dans le secteur.

A titre de rappel, le Mali dispose d’un potentiel important de production de gomme arabique dont les peuplements naturels d’acacia sont localisés dans les zones sahéliennes avec une bonne partie des régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti et Tombouctou.

Les cercles administratifs de production de gomme arabique sont : Kayes, Yélimané, Diéma, Nioro du Sahel, Nara, Ségou, Niono, Macina, San, Mopti, Douentza, Ténenkou, Niafunké, Goudam et Gourma Rarhous.

Daouda T. Konaté

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *