Journée mondiale du diabète : « Plus de 2 millions de maliens vivent avec le diabète »

Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, célèbre demain 14 novembre, la Journée mondiale du diabète. Le thème de cette année est : « femme et diabète ». En prélude à cette journée, la Fédération Nationale des Diabétiques du Mali (FENADIM), en collaboration avec le Ministère de la Santé et de l’hygiène publique, a organisé une conférence de presse. C’était le jeudi 09 novembre 2017 dans la salle de conférence de l’Organisation Mondiale de la Santé sous la présidence de Dr Cheickna Tounkara, cadre à la Direction nationale de la Santé.

On notait la présence des membres de la FENADIM, de l’association malienne de lutte contre le diabète, de l’ONG Santé diabète et de l’hôpital du Mali. Au cours de cette conférence, les membres de la FENADIM ont affirmé qu’il y a plus de 2 millions de Maliens qui vivent avec le diabète sans compter ceux qui ne sont pas déclarés. Un chiffre qui interpelle les autorités à prendre les dispositions nécessaires afin de freiner cette maladie chronique.

Au cours de cette rencontre, le conférencier Dr Ba Traoré a expliqué qu’il existe deux types de diabète qui sont le diabète de type 1 et celui de type 2. Si l’enfant peut naître avec le diabète (type 1), par contre, le mauvais comportement alimentaire est à la base de plusieurs cas de diabète dans la société (type 2).

Cette maladie est la conséquence d’un trouble de fonctionnement du pancréas. En 2015, 14 millions d’africains vivaient avec le diabète. Ces chiffres peuvent doubler d’ici 2040 si rien n’est fait.

Au Mali, le taux de prévalence est de 10%. « Si beaucoup de personnes ne connaissent pas leur taux de glycémie faute de dépistage, il est à noter que beaucoup vivent aussi avec cette maladie sans le savoir. C’est pourquoi, tout le monde doit faire le dépistage » a-t-il conseillé

Selon lui, le diabète de type 2 peut être évité si les gens veillent à leur habitude alimentaire. Il s’agit , entre autres, d’éviter de manger trop d’aliments gras, trop de sucre qui favorisent l’obésité et qui sont des facteurs positifs de diabète.

Le thème de cette année « femme et diabète » est révélateur. Car, dit-il, les femmes ont un grand rôle à jouer dans la prise en charge des malades à la maison. Elles sont aussi une couche vulnérable avec l’obésité. Quant à Balla Kouyaté de la  FENADIM, il a fait une présentation sommaire de sa fédération et de ses objectifs. Soucieux d’un accompagnement des autorités du pays, il a lancé un cri de cœur au nom de la fédération afin que les malades puissent bénéficier d’un appui conséquent. Pour lui, la journée mondiale du diabète permet d’informer, de sensibiliser et de dépister bon nombre de personnes.

Pour Mathieu Doré de l’ONG Santé Diabète, « femme et diabète » fait appel aux soins car, le traitement du diabète passe par un comportement alimentaire, au début et à la fin duquel se trouve la femme. Il a profité de l’occasion pour faire un bilan sommaire de l’ONG Santé diabète qui a posé beaucoup de jalons dans la lutte contre la maladie.

Drissa Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *