Lancement de la campagne agricole 2017-2018 de l’Office du Niger : L’interdiction de circuler des engins à deux roues risque de compromettre les objectifs de production

Un mois après le lancement de la journée agricole par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à Ségou, le 25 mai dernier, l’Office du Niger vient d’entamer sa campagne agricole 2017-2018 à M’Bewani. C’était le samedi 17 juin 2017 sous la présidence du ministre de l’agriculture, Dr Nango Dembélé, en présence du Président Directeur Général, Dr Mamadou M’baré Coulibaly, du président de l’APCAM, Bakary Togola, du délégué général des exploitants, Abdoulaye Dao, des représentants des autorités locales, des élus, de l’ensemble des cadres de l’Office du Niger et d’une foule nombreuse.

L’évènement qui marque le démarrage des activités paysannes à l’Office du Niger, a servi d’espace de dialogue franc entre les acteurs intervenant dans le développement de la zone Office du Niger. Le maire de Pokô, Chiaka Coulibaly, a souhaité la bienvenue à la délégation ministérielle. Il s’est réjoui du lancement de la campagne 2017-2018 dans sa commune.

Le délégué général des exploitants, Abdoulaye Dao, au nom de tous les exploitants, a tenu à remercier le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta pour son geste en faveur des femmes en leur octroyant 3000 repiqueuses manuelles et 500 décortiqueuses de maïs. Toutefois, il n’a pas manqué de rappeler et d’interpeller le ministre Dr Nango Dembélé sur des difficultés qui sont susceptibles d’entraver la productivité. Parmi ces difficultés, on peut citer des cas d’expropriation de terres par les pétroliers et l’interdiction de la circulation d’engins à deux roues pour cause d’insécurité.  Sur ce dernier point, M. Dao a souhaité un allègement de la mesure afin de donner toutes les chances aux paysans d’atteindre les objectifs de production attendus. « C’est vrai, le bruit des fusils nous effraye, mais si on ne prend garde, la faim risque de nous tuer. Les motos sont nos outils de travail et nos moyens de transport privilégiés. Même en cas de maladie, nous les utilisons pour atteindre les centres de santé souvent très éloignées. C’est pour toutes ces raisons que nous demandons au gouvernement une autorisation de circuler entre 6 heures du matin et 18 heures », a-t-il souhaité avant de prévenir que le maintien de la mesure comme telle risque d’impacter sur la production attendue. Pour une bonne réussite de la campagne 2017-2018, le délégué général des exploitants, Abdoulaye Dao, a appelé ses camarades à respecter le calendrier agricole et  à être à l’écoute des conseillers ruraux. Même son de cloche chez M. Kola Diallo, président de la chambre régionale d’agriculture de Ségou qui a invité les exploitants à davantage œuvrer pour l’atteinte des objectifs.

 

Une production attendue de plus d’un million de tonnes de riz paddy

Le plan de campagne 2017-2018 est décliné en activités et moyens à mettre en œuvre pour la réalisation des objectifs visant à renforcer la contribution de l’Office du Niger à l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays. C’est ainsi que le Président Directeur Général, Dr Mamadou M’Baré Coulibaly, a insisté sur l’exécution correcte de certains travaux déterminants pour la réussite de la campagne. Il s’agit de l’entretien des réseaux hydrauliques primaire, secondaire et tertiaire ; la mise en eau du réseau hydraulique et l’organisation des tours d’eau ; la fourniture des intrants agricoles et le respect du calendrier agricole.

Pour la campagne 2017-2018, en riziculture, il est attendu une production de 1.001.345 tonnes de riz paddy avec un rendement moyen de 6,321 tonnes/ha. Les superficies de terre concernées s’élèvent à 158.406 hectares.  En maraichage, les objectifs de superficie (toutes spéculations confondues) sont de 11.620 ha pour une production de 341.045 tonnes. Enfin, en diversification, les objectifs de superficie (toutes spéculations confondues) sont de 10.649 ha pour une production de 115.755 tonnes. « Ces objectifs de production ne pourront être atteints qu’avec l’engagement de tous les producteurs et productrices, du personnel de l’Office du Niger, notamment les agents de terrain et de l’ensemble des acteurs qui accompagnent le développement de la zone. C’est pourquoi, je vous exhorte à redoubler d’efforts, de vigilance et surtout de courage pour plus d’actions novatrices en vue de la réussite de la campagne 2017-2018 », a déclaré le Président Directeur Général, Dr Mamadou M’Baré Coulibaly.

Le ministre de l’Agriculture, après avoir procédé au lancement de la campagne, a rassuré l’Office du Niger et les exploitants de son accompagnement pour la réussite de la campagne. Pour ce qui concerne la mesure d’interdiction, le ministre a indiqué que le gouvernement est en train de réfléchir pour trouver des allègements. « Si cela devrait compromettre les objectifs de production de l’Office du Niger, ce serait un grand dommage pour l’économie nationale quand on sait que c’est 30 à 40% de la contribution au PIB vient du secteur agricole », a conclu Dr Nango Dembélé.  A rappeler que la campagne 2016-2017 a enregistré une production de 727.910 tonnes de riz paddy ; en maraichage c’est 237 727 tonnes dont 216 140 tonnes pour l’échalote et enfin en diversification, 40.583 tonnes produites dont 28.930 tonnes de pomme de terre.

Daouda T Konaté *envoyé spécial*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *