L’Association « Mogoya So » fait œuvre utile à Kalankoulou

Créée et dirigée par Nicole CLEMENSON, une Française installée à Grimaud, dans le Var, l’Association « Mogoya So » existe depuis 2012. Après avoir effectué plusieurs voyages sur le continent africain, cette humanitaire a finalement concentré la majorité de ses actions de solidarité, sur le village malien de Kalankoulou (Commune de Sirakorola), dans la région de Koulikoro. Sa principale mission est de venir en aide aux femmes et aux enfants de Kalankoulou sur le plan éducatif, sanitaire et du développement. Elle fait pratiquement tous les ans, des visites médicales au CSCOM de Sirakorola. Chaque année, elle sélectionne cinq (5) enfants qui sont entièrement pris en charge, sur tous les plans (alimentaire, vestimentaire, éducatif, sanitaire, etc.…).

Quant aux femmes du village, elles ont bénéficié d’un périmètre maraîcher de la part de Mogoya So, autour d’un puits à grand diamètre, plus un champ de labour, dont les travaux de production nécessitent  des moyens  offerts gratuitement par l’Association (charrues, bœufs, multiculteurs, semences), la réalisation d’un parc animalier (moutons, chèvres, poules locales).

Après avoir financé l’intervention chirurgicale pour cause de glaucome congénital d’un petit garçon répondant au nom de Makan, l’association a accueilli en fin janvier, son père Boubacar Dembélé, pour une intervention sur un œil (glaucome). La seconde intervention est prévue pour septembre. Il est à préciser que Boubacar Dembélé est aussi le correspondant de l’Association  à Bamako. Son séjour médical français lui a d’ailleurs permis de faire la connaissance de plusieurs donateurs  français pour l’association. D’autres membres ont également effectué des séjours à Grimaud. Il s’agit du Docteur pédiatre Coulibaly et de son épouse  Madina  Sissoko, Huissier de Justice, qui a établi le lien entre l’association et la pouponnière de Bamako, laquelle a bénéficié cette année de plusieurs dons : jouets, habits, téléviseurs, DVD, couches, lait et machine à laver.

Il est surtout intéressant de noter que cette grande dame de l’humanitaire et de la solidarité ne bénéficie d’aucune subvention française. Elle ne compte  que sur ses propres deniers, soutenue en cela par son mari, ainsi que sur la modeste collecte de fonds effectuée auprès de généreux donateurs.

Dans ses perspectives, Mogoya So aspire à l’installation d’une pompe solaire  sur le puits à grand diamètre dont la profondeur est  estimée à 33 m environ, ainsi que la réhabilitation de l’école communautaire de Kalankoulou.

B.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *