Le Ministre du Développement Industriel aux Grands Moulins du Mali : « Il y aura un atelier national des huileries du Mali pour traiter de la problématique d’approvisionnement en coton graine »

Suite  à la fermeture de l’huilerie cotonnière des Grands Moulins du Mali (GMM-SA) à cause des difficultés d’approvisionnement en matières premières, le ministre du Développement Industriel (MDI), Mohamed Ali Ag Ibrahim, s’est déplacé le mercredi 23 avril à Koulikoro sur le site, pour rencontrer  les responsables et visiter les installations. Ce, conformément  à la vision  du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta.

L’unité de production de l’huilerie cotonnière des Grands Moulins du Mali (GMM SA) du groupe Achkar Mali Industries, est agréée au Code des Investissements par l’Arrêté numéro  2016-2517MPISP-SG du 22 février 2012. Elle a bénéficié d’un investissement s’élevant au montant de 6 milliards FCFA et emploie 300 personnes. Sa  capacité théorique  de transformation est de 60 000 tonnes de graines de coton par an. Elle est fonctionnelle depuis août 2015 et cela, après une phase d’essai. Toutefois, indiquent les  responsables de l’usine, elle n’a reçu au titre des campagnes 2015-2016-2017 et 2018 que 8 973 tonnes. Ce qui implique  un fort déficit d’approvisionnement en matières premières. Une difficulté majeure pour l’unité de production d’huile de GMM-SA mais aussi  pour  l’ensemble  des huileries du Mali dont les besoins de consommation s’élèvent à 2 700 000 tonnes de coton graine pour une production de 300 000 tonnes de la CMDT. C’est pourquoi, compte tenu de ce manque d’approvisionnement criard, la société GMM-SA a procédé depuis le 13 avril 2018, à l’arrêt de sa production impliquant une mise au chômage de 115 travailleurs.

Pourtant, expliquent  les responsables, dans le cadre de la mise en place d’une huilerie végétale alimentaire à base de graine de coton, les  Grands Moulins du Mali (GMM-SA) ont  signé, le 19 juin 2015 avec le gouvernement du Mali,  un  protocole d’Accord-Etat-Grands Moulins du Mali. A cet effet, il a été créé une commission de mise en œuvre dudit protocole au terme duquel, l’Etat s’était engagé à accompagner la société pour son installation afin de faciliter, dans la mesure du possible, son approvisionnement pérenne en graines de coton.

Les Huileries du Mali ont la possibilité d’importer du coton graine à partir des pays de la sous-région. C’est pourquoi, les responsables de la société exhortent l’Etat, en l’occurrence le ministère de l’Economie et des Finances,  à faciliter ces importations, l’exonération de la TVA sur l’importation du coton graine, quand bien  même existe depuis juin 2017, la loi régissant  l’octroi des exonérations en la matière.

Le ministre du Développement industriel a regretté la fermeture de l’huilerie cotonnière du Groupe Achkar Industries, une unité industrielle de dernière génération, une année seulement après sa mise en service, pour faute d’approvisionnement en matières premières.

C’est pourquoi Mohamad Ali Ag Mohamed, après avoir écouté les responsables du Groupe et visité les installations de dernières générations, a promis, très prochainement la tenue d’un « atelier national des huileries du Mali pour traiter de la problématique d’approvisionnement en coton graine »

Gaoussou M Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *