Les éléphants du désert du Mali, au bord de l’annihilation, ont une chance de se battre

Les éléphants du Mali, le troupeau le plus septentrional d’Afrique et adapté à la vie dans le désert aride du pays, avaient désespérément besoin de protection. Les animaux vivent dans un paysage impitoyable au sud-est de Tombouctou, subissant des tempêtes de sable et des températures foudroyantes. Pour survivre, ils partent à la recherche de nourriture et d’eau à travers ce qui est considéré comme la plus grande aire de migration de leur espèce, plus de 12 400 km2.

Mais ce n’était pas seulement le changement climatique qui mettait en danger les éléphants. C’était aussi des braconniers. Les trafiquants d’ivoire ont profité d’un vide sécuritaire dans la région, avec 163 éléphants tués depuis 2012, a déclaré Susan Canney, directrice du Mali Elephant Project, une initiative de Wild Foundation et du Fonds International de conservation du Canada. .

La situation était si dramatique qu’en janvier 2016, le Dr Canney a prédit que tous les éléphants du Mali seraient tués dans trois ans si le braconnage continuait sans relâche. « Ils sont probablement parmi les plus menacés des éléphants d’Afrique », a déclaré Iain Douglas-Hamilton, le fondateur de Save the Elephants, un groupe de défense de la faune. « Je suis extrêmement inquiet. »

Pour défendre les quelques 300 éléphants qui restent, le Mali a formé une brigade anti-braconnage pour patrouiller dans une zone équivalant à la taille de la Suisse appelée le Gourma, avec la force dissuadant les braconniers et aidant les communautés isolées le long de la route migratoire des éléphants. La brigade combine des gardes forestiers et des forces de l’armée, une alliance nécessaire pour protéger la faune dans ce territoire hostile, régulièrement entrecroisé par des subdivisions d’Al-Qaïda et de bandits.

Depuis que la brigade a été déployée il y a neuf mois, aucun éléphant n’a été tué par les braconniers, a déclaré le colonel Major Soumana Timbo, directeur adjoint de la Direction Nationale des Eaux et Forêts, qui supervise les rangers. Les communautés du Gourma ont longtemps vécu en paix avec les éléphants et vénèrent ces animaux, malgré une certaine concurrence pour la terre et l’eau, a déclaré le Dr Canney, qui est également chercheur associé au département de zoologie de l’Université d’Oxford.

Mais la détérioration de la situation sécuritaire au Mali a provoqué une vague d’anarchie qui a permis au braconnage de prospérer. « Le braconnage n’a commencé qu’avec le conflit », a déclaré le Dr Canney. En 2012, des rebelles et des militants islamistes, dont certains avaient des liens avec Al-Qaïda, ont pris le contrôle du nord du Mali. Une intervention menée par les français a évincé les groupes au début de 2013 et, les Nations-Unies ont établi une mission de maintien de la paix.

Mais l’insécurité persiste. Des groupes armés ciblent régulièrement les forces maliennes et les forces de maintien de la paix des Nations-Unies. À ce jour, 149 casques bleus ont été tués au Mali, ce qui en fait l’une des missions de maintien de la paix les plus dangereuses au monde. Et les terroristes continuent de mener des attaques meurtrières, y compris un assaut en juin sur un lieu de villégiature à l’extérieur de la capitale, Bamako, qui a fait au moins cinq morts.

Au même moment, des bandits sévissent dans le nord du Mali, ciblant les bus, les éleveurs, les commerçants et les organisations humanitaires, selon un rapport de Human Rights Watch. Les migrants africains qui voyagent à travers la région lors de leur long déplacement vers l’Europe ont également été la proie des bandits.

Pire encore, le nord du Mali était déjà un corridor pour d’autres réseaux de trafic, y compris les drogues et les migrants et, les marchands d’ivoire ont profité de la situation. Ils ont envoyé un message tout au long du Gourma promettant de payer cher pour les défenses d’éléphants, une offre tentante dans une zone pauvre où les gens ont accès aux armes en circulation à cause du conflit, a déclaré Nomba Ganame, le gestionnaire de terrain du Projet Eléphant Mali.

Le résultat fut catastrophique pour les éléphants, amenant le Mali à construire une force gouvernementale dédiée à mettre fin au braconnage. En tant qu’instructeur en chef, la brigade des gardes forestiers invita Rory Young, co-fondateur de Chengeta Wildlife, organisation qui forme et soutient les opérations anti-braconnage.

M.Young, un Zambien, et son équipe ont créé un programme d’entraînement spécial qui inclut des techniques traditionnelles d’opération dans la brousse : par exemple, comment lire les perturbations du terrain, comme l’herbe courbée et le sable dispersé, pour déterminer la taille, la vitesse et la direction d’un groupe de braconnage et ensuite, comment le poursuivre sans être suivi à son tour.

Pour ce qui est de l’application de la loi, les gardes forestiers ont étudié l’enquête sur les scènes de crime. Ils ont suivi des exercices de combat et les Nations-Unies ont offert des cours sur les droits de l’homme. Pour un soutien supplémentaire, la brigade a embauché Mitch et Bobby, deux épagneuls de couleur chocolat qui ont été formés pour renifler l’ivoire pendant les missions de recherche.

Une fois sur le terrain, l’engagement communautaire est essentiel à la réussite des opérations de lutte contre le braconnage, a déclaré M. Young. L’établissement de relations de soutien avec les populations locales aide la brigade à se tenir au courant de ce qui se passe dans la région, ce qui à son tour, aide la force à protéger les éléphants et la communauté. « Sans la communauté, il n’y a pas de solution », selon M. Young. Malgré la présence des troupes de l’armée, la brigade n’a pas recours à une approche militarisée lors de ses efforts anti-braconnages. « C’est une opération d’application de la loi », pour M. Young. « Nous ne sommes pas des mercenaires. »

Mais au Gourma, les risques pour la brigade sont constants et les missions sont devenues mortelles. En août, l’opérateur radio de la brigade a été tué lorsqu’une partie de l’équipe a riposté pour protéger un camp des Nations-Unies à Douentza, au Mali, contre un raid d’hommes armés qui a également couté la vie à un soldat de la paix.

En septembre, une embuscade tendue par des inconnus qui ont utilisé une mine anti-personnelle et des fusils pour attaquer le convoi de la brigade a fait trois blessés.

Lors d’une opération de routine le mois dernier, un journaliste s’est joint à la brigade alors qu’il se rendait dans un village reculé pour suivre une information selon laquelle deux éléphants avaient été tués. Le convoi a pris une route criblée de nids-de-poule, dépassé des restes de camions incendiés, passé à travers une tempête de sable et de pluie, puis dans des champs de boue collante et des dunes molles.

Après leur arrivée dans le village, les représentants de la brigade ont rencontré les autorités locales pour partager des informations sur les éléphants, tandis que les hommes de la brigade socialisaient avec les villageois et achetaient des poulets pour les repas.

Personne n’avait entendu parler de mort d’éléphant et le pourboire avait été rejeté.

Alors que la brigade a réussi à empêcher le braconnage depuis février, les responsables craignent que les trafiquants d’ivoire n’attendent qu’une occasion de reprendre leurs opérations. Mettre un frein permanent au braconnage va nécessiter des arrestations et des condamnations qui brisent les réseaux de trafic d’ivoire pour de bon, selon les experts. « Tout le processus d’application de la loi, du renseignement à la condamnation, doit être examiné », a déclaré Chris Thouless, un conseiller stratégique de Save the Elephants. Ce ne sera pas facile. Les réseaux de trafic d’ivoire sont vastes et complexes, dépassant largement les frontières du Mali.

Depuis 1989, quatre vingt-une (81) saisies d’ivoire dans quinze (15) pays étaient soit liées au Mali en tant que pays exportateur, soit à des ressortissants maliens arrêtés en lien avec ces crimes, a indiqué Tom Milliken, responsable du programme de trafic d’animaux sauvages et de rhinocéros.

Alors que la brigade lutte contre le braconnage et le trafic, elle joue un autre rôle dans la survie de la communauté. Pour de nombreux villages du Gourma, la brigade est le premier soutien extérieur à arriver depuis des mois et les gens déversent leurs besoins : l’eau potable pour la consommation, les médicaments de base et la réouverture des écoles. La brigade offre toute l’aide possible et transmet les demandes aux autorités compétentes.

Le médecin de l’équipe anti-braconnage a eu à travailler dans chaque village où la brigade a demandé des informations sur les braconniers. Un par un, les villageois ont énuméré leurs maladies. Il a écouté, pris leur tension artérielle et offert toute l’aide possible : analgésiques, antibiotiques et antipaludiques. Il a travaillé pendant deux heures jusqu’au départ de la brigade.

Les patrouilleurs voulaient faire connaître leur présence à un lieu de braconnage à proximité. Ils devaient maintenir la pression sur les braconniers. Le Sergent Djibril Sangaré, un garde forestier de la brigade, a affirmé qu’il a appris à rester calme sous la menace constante d’une attaque, trouvant la force dans la mission. La protection des éléphants est vitale pour le patrimoine du Mali et du monde, a-t-il dit, ajoutant qu’il n’avait jamais vu un éléphant avant de rejoindre la brigade et qu’il les considère maintenant comme les plus formidables des animaux. « Le travail, c’est l’amour » a déclaré le sergent Sangaré.

Par Mark RIVETT-CARNAC oct. 29, 2017 /New York Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *