Mond’actu : Assad, ce monstre que l’occident veut abattre à tout prix !

Après que les gouvernements  occidentaux  ont pointé du doigt Damas  comme  responsable  d’attaque  chimique dans le dernier bastion rebelle aux portes de Damas, la ville de Douma située dans la Ghouta, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France décident de ne pas laisser l’usage d’armes chimiques se poursuivre en Syrie. Ce qui amène  les  dirigeants de ces  trois pays  d’envisager des frappes sur  des positions  militaires syriennes.  Ils sont aidés dans leur logique guerrière par la propagande d’une certaine presse qui ne cesse de publier  des images insoutenables de cadavres qui en seraient victimes.

Or, dans  un pays  en  plein chaos comme  la  Syrie,   le peuple  est condamné,  depuis plus de cinq ans, à se livrer une guerre fratricide  incessante, imposée par ces mêmes puissances occidentales. Comment peut-on alors se permettre, de façon précipitée et sans fournir de preuve  préalable,  d’accuser un camp d’avoir commis des  atrocités sur l’autre ?   Surtout lorsqu’il s’avère que les pays occidentaux accusateurs sont non seulement responsables de ce  chaos syrien par la fourniture d’armes  et de munitions aux rebelles, mais aussi de bavures militaires récurrentes sur  des populations civiles, à travers des bombardements aériens incessants ?

Le président Bachar Al  Assad est, depuis l’imposition de cette guerre sur son peuple, l’ennemi numéro un, ce monstre que le monde occidental cherche à abattre à tout prix. C’est pourquoi, non content de l’avoir vaincu militairement, les occidentaux l’accusent constamment d’avoir commis des attaques chimiques sur ses propres populations civiles. Un prétexte  fallacieux  qu’ils s’inventent, parce que se considérant comme les gendarmes de la planète Terre, pour  se donner le quitus de continuer à détruire ce qui reste encore comme capacité militaire de la Syrie, pour ne pas dire qu’ils veulent en réalité, en finir de façon létale avec Assad comme ils l’ont fait avec le Guide libyen, Mouammar Al Kadhafi.

L’on se souvient qu’en 2002,  pour attaquer l’Irak de Saddam, les Etats-Unis de Bush  et la Grande Bretagne de Blair  avaient fourni au Conseil de Sécurité de fausses preuves de détention d’armes chimiques de ce pays. La France de Jacques  Chirac  ayant menacé d’opposer  son véto, la coalition menée par les américains et les britanniques avaient fini par agir sans mandat onusien. Or, avec le recul de quelques années, mais  malheureusement après avoir obtenu ce qu’ils voudraient en réalité : la mort de Saddam Hussein,  la vérité a fini par éclater  au grand jour.

Gaoussou Madani Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *