Réunion de la commission tripartite Mali-Burkina Faso-HCR : 7,7 milliards de FCFA pour la 3ème phase du PURD-RN

Samba Alhamdou Baby, Secrétaire général du Ministère de la Solidarité et de l’Action Humanitaire a présidé la 5ème réunion de la commission tripartite Mali – Burkina Faso – UNHCR. Cette réunion se tient conformément aux accords tripartites pour le rapatriement des réfugiés  maliens vivant au Burkina Faso, signés le 09 janvier 2015 à Ouagadougou.

Etaient présents à l’ouverture de cette cérémonie, SEM Kodjo Lougue, Ambassadeur du Burkina Faso au Mali, Mme Mahoua Bamba Parums, représentante adjointe de l’UNHCR-Burkina Faso, M. Sougouri Dieudonné W. Désiré, Ambassadeur, le Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, Mme Anne Elisabeth Caretto, de l’UNHCR-Burkina Faso et l’ensemble des partenaires. C’était ce jeudi 13 avril à Azalai hôtel Salam de Bamako. La présente réunion s’inscrit dans le cadre des rencontres trimestrielles de la commission tripartite Burkina Faso-Mali et Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR), consacrées à l’examen des questions liées au processus de rapatriement volontaire et organisé des réfugiés maliens. Au cours de cette réunion, le plan de travail élaboré lors de la 4ème session a été évalué. Selon le Secrétaire général du ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, le gouvernement de la République du Mali est résolument engagé à tout mettre en œuvre pour consolider les avancées notables sur le plan sécuritaire avec l’accompagnement de tous les acteurs œuvrant pour la paix afin d’assurer les conditions préalables et indispensables au développement de notre pays.

En effet, au cours des phases I et II démarrées respectivement en 2013 et 2014, le programme d’urgence de relance et de développement des régions du Nord (PURD-RD) a permis dans sa zone d’intervention, la réinstallation de l’administration aux niveaux local et régional à travers entre autres, la réhabilitation, la construction et l’équipement en mobiliers de bureau de 434 bâtiments administratifs. A cela, s’ajoutent l’équipement des services administratifs de l’Etat en matériel roulant composé de 120 véhicules et 893 motos et enfin l’équipement en matériels informatiques et divers.

Il faut rappeler que le coût total du PURD-RN pour les phases I et II est d’environ 33,85 milliards de FCFA, entièrement financés par le budget national. Dans le cadre du renforcement des actions de ce programme, l’Etat a programmé en 2017, une 3ème phase d’un coût total de 7,7 milliards de FCFA. Dans le cadre de la prise en charge des besoins urgents des concitoyens réfugiés au Burkina Faso, le Secrétaire général du ministère de la solidarité et de l’action humanitaire précise que son département a mis à disposition une assistance composée de 375 tonnes de riz, 17 tonnes de sucre pour un montant de 429 419 424 FCFA au profit des réfugiés du Burkina Faso qui a pu être acheminée dans les camps grâce à l’accompagnement du gouvernement du Burkina Faso. A l’en croire, « à la date du 31 mars 2017, nous avons enregistré en collaboration avec les partenaires 57.408 personnes rapatriées soit 1055 de plus par rapport aux données du mois d’octobre 2016, dont 19 894 provenant du Burkina Faso».  Selon M. Dieudonné W. Désiré Sougouri, ambassadeur, Secrétaire général du ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, « nous devons tous tenir notre engagement si nous avons à cœur la réalisation de nos objectifs communs ».  Selon la représentante  de UNHCR au Mali « Nous espérons qu’à l’issue des travaux, les trois délégations pourront revoir le plan de travail que nous avions planifié lors de la réunion de Ouagadougou, le 27 octobre 2016 mais aussi apporter des innovations à savoir, organiser des sessions de sensibilisation des agents des postes frontaliers sur les questions liées à la protection internationale et particulièrement au rapatriement, organiser des missions du GTT dans les camps de réfugiés et poursuivre la conduite des sondages sur les intentions de retour des réfugiés maliens ».

Bourama Camara, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *