Rien de valable et de durable ne sera bâti dans l’injustice

Au vu de ce qui se passe quotidiennement dans notre pays, on se demande si les autorités maliennes connaissent les réalités du pays ou si elles ferment les yeux dessus.

Je ne suis contre personne, mais je dis tout simplement ce que je constate quotidiennement autour de moi, comme tout autre malien.

Le monde entier est unanime que le Mali a été victime  des comportements laxistes et complaisants de ses différents dirigeants au plus haut niveau de l’Etat depuis des décennies, occasionnant ainsi toute sorte de pratiques dans le pays : népotisme, favoritisme, traitrise,  vol planifié, corruption  organisée, injustice sans état d’âme, impunité totale, etc. etc.

Quand on regarde les décrets d’organisation, de fonctionnement des services publics et des E.P.A, et les pratiques qui s’y passent, on est en droit de s’inquiéter pour l’avenir de ce pays.

La plupart des services de l’Etat sont devenus presque des réseaux MAFIEUX au profit des responsables nommés à leur tête.

Dans ces structures, on trouve :

D’une part, des agents dits « Les protégé(e)s » constitués des proches parents, des copines, des cousins et cousines, des neveux, nièces du 1er responsable et ses complices, et aussi les « Confié(e)s » des grands commis de l’Etat. Ceux-ci ont droit aux promotions et toute sorte d’avantages du service.

D’autre part, des agents sans soutien valable, appelés « Les maillons faibles », sujets à des mutations arbitraires, aux rétrogradations, à des intimidations de licenciement, etc. Pire, bien que certains soient affectés dans des zones dites « zones difficiles » du pays sur le plan climatique et économique, ils n’ont pas droit à la prime de zone. Le ridicule ne tue plus au Mali.

Le temps a toujours prouvé que les mauvaises œuvres et leurs commanditaires  et défenseurs, malgré leur intelligence et leur capacité de diversion, demeurent des toiles d’araignée qui ne résistent pas au minimum de vent et de secousse.

Comment comprendre aujourd’hui  qu’au Mali :

-hormis Kidal sous protection de la France, nos forces de défense et de sécurité ne soient pas en mesure de maîtriser le reste du pays, surtout le centre ;

-nos agents de sécurité continuent toujours à rançonner sur les tronçons, le pauvre paysan, l’éleveur, le pêcheur, l’ouvrier qui n’a pas hésité une fraction de seconde à mettre sa main à la poche pour soutenir son armée en 2012 ;

-les services de santé et de justice n’aient aucun égard pour les pauvres ;

-le pourboire soit encouragé par les responsables des services de l’Etat ; etc.

Avec ces pratiques, difficilement le pays va se redresser. Et, malheureusement, de nos jours au Mali, l’honnêteté intellectuelle, la loyauté, la probité morale, l’intégrité ne sont plus des critères déterminants pour occuper les postes de responsabilité.

Que Dieu préserve le Mali. Amen

Gao, le 11 juillet 2017

A suivre

Bakary Djan SIDIBE

Secrétaire d’Administration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *