Double proclamation des résultats du Bac au pôle de correction de Koulikoro : Le ministre Ag Erlaf promet de sévir

La révélation de graves anomalies au niveau du secrétariat du pôle de correction de Koulikoro qui regroupait les académies d’enseignement de Dioïla, Kati et Koulikoro ont conduit le département de tutelle à prendre ses responsabilités. Une mission a été dépêchée à Koulikoro aux fins de procéder aux contrôles et vérifications nécessaires.
A l’issue de ses travaux, la mission a constaté l’omission des moyennes annuelles de plusieurs candidats réguliers, le manque de vérification des notes après la saisie et de nombreuses erreurs de saisie.
Après la correction de ces anomalies, conformément à l’article 38 de l’Arrêté n°1385 du 7 mai 2014 portant organisation de l’examen du baccalauréat de l’enseignement secondaire, les candidats qui ont échoué du fait des anomalies constatées ont été rétablis dans leurs droits et déclarés admis. En revanche, ceux qui, du fait de l’indélicatesse des agents de saisie ont été indûment déclarés admis, ont été recalés.
Ainsi, la situation définitive des résultats du pôle de correction de Koulikoro qui enregistre une légère hausse des admis (5 989 candidats admis au lieu de 5 742) se présente comme suit :
1. Série Terminale Arts et Lettres (TAL) : sans changement ;
2. Série Terminale Langues et Littérature (TTL) : sans changement ;
3. Série Terminale Sciences Exactes (TSE) : 249 au lieu de 247 sont déclarés admis ; 125 élèves déclarés admis le 19 juillet 2017 sont recalés.
4. Série Terminale Sciences Economiques (TSECO) : 1527 au lieu de 1 324 sont déclarés admis ; 21 candidats déclarés admis le 19 juillet 2017 sont recalés.
5. Série Terminale Sciences Expérimentales (TSEXP) : 753 admis au lieu de 752.
6. Série Terminale Sciences Sociales (TSS) : 1317 au lieu de 1307 sont déclarés admis ; 75 candidats déclarés admis le 19 juillet 2017 sont recalés.
Pour le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ag Erlaf, la démarche du département s’inscrit parfaitement en règle avec l’article 38 de l’Arrêté n°1385 du 7 mai 2014 portant organisation de l’examen du baccalauréat de l’enseignement secondaire. Quant aux sanctions à l’encontre des responsables de cette situation, elles ne tarderont pas à tomber, prévient le département. « Nous allons situer les responsabilités de ces fautes professionnelles et les sanctionner conformément à la loi », a promis Amadou Abdou Alpha, chef de cabinet du ministère.
Daouda T Konaté
Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *