50ème session ordinaire du comité exécutif de l’ACNOA : Des ambitions pour le progrès des sportifs africains

La construction de grands centres d’entraînement pour les athlètes africains, l’octroi de bourses aux sportifs dans toutes les disciplines et les formations des entraîneurs aux nouvelles disciplines sportives, sont entre autres, les ambitions du bureau de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) avec en toile de fond, l’organisation de la 50ème session ordinaire tenue les 3 et 4 février 2017 à l’hôtel Salam de Bamako.

Pendant deux jours, les acteurs des comités nationaux olympiques d’Afrique se sont penchés sur le bilan du mandat précédant avant de dégager les perspectives pour les prochaines années. Ainsi, le bureau, dirigé par l’Ivoirien Lassana Palenfo, compte tout mettre en œuvre pour multiplier les bourses de formation sur l’arbitrage et le management sportif en créant les conditions favorables permettant de rendre nos sportifs performants et plus compétitifs sur l’échelle internationale.

Pour gagner ce pari, Lassana Palenfo a promis que les grands centres d’entraînement créés au Sénégal et au Maroc seront renforcés et d’autres seront créés dans plusieurs autres pays africains. Il s’agit également de la poursuite de la création des Olympia Africa. Ce sont des petits centres d’entraînement construits à l’intérieur des pays. Aujourd’hui, le Mali dispose de deux centres dont l’un à Markala et le second à Barouéli. « Ces centres permettent aux jeunes qui ne sont pas en ville d’avoir un espace sportif », a précisé Lassana Palenfo.

Une autre ambition pour l’ACNOA, est de mettre en œuvre un projet de communication interne et externe en vue d’avoir des partenaires et de permettre à l’Association qui est présentement soutenue à un haut niveau par les comités internationaux, d’être financièrement autonome.

La lutte contre le dopage fait aussi partie des combats de Lassana Palenfo et de ses collègues des pays africains. « Nous avons dit que pour lutter contre le dopage, il faut créer des centres de formation et d’entraînement et c’est ce que nous sommes en train de faire actuellement. Parce que nous pensons que lorsqu’un athlète est bien formé et bien entraîné, il va se réserver de prendre de la drogue quelque soient les raisons».

S’agissant de l’organisation des jeux olympiques en Afrique, le Président de l’ACNOA précise : « Pour organiser les JO, il faut avoir beaucoup de moyens. Immédiatement, nous ne sommes pas capables d’organiser ces jeux, mais dans le futur, nous pourrons le faire ».

Habib Sissoko, Président du Comité National Olympique du Mali, s’est dit satisfait de la tenue de cette 50ème session ordinaire dans notre pays. Au retour, le président de l’ACNOA l’a félicité pour la réussite de l’évènement.

A noter que pour la réalisation de ces ambitions pour le progrès des sportifs africains, le budget est passé à 34 à 41 millions FCFA, soit une augmentation de 18%.

Ousmane Ballo & Jeanne d’Arc Konaté, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *