5ème session du Conseil d’Administration de l’AMANORM : L’engagement du Directeur général et de son personnel salué

Le Secrétaire général du ministère du développement industriel, Mohamed Ag AHMEDOU, a présidé le 10 mars dernier les travaux de la 5ème session du conseil d’administration de l’Agence Malienne de Normalisation et de Promotion de la Qualité (AMANORM). Pour 2017, le budget soumis à l’approbation des administrateurs était chiffré à 282 394 000 FCFA.

Les administrateurs ont examiné, au cours de cette session, le rapport d’activité 2016, le rapport d’exécution du budget 2016, le projet de programme d’activités 2017 et le projet de budget 2017. Ce budget soumis à l’approbation des membres du conseil d’administration qui était chiffré à 282 394 000 FCFA va assurer le fonctionnement global de l’agence, le renforcement de ses capacités et l’accompagnement des entreprises nationales en matière de normalisation et de promotion de la qualité. Selon Mohamed Ag AHMEDOU, les questions de normalisation et de qualité deviennent de nos jours des préoccupations majeures pour la préservation de la santé, la protection de la vie, la protection des consommateurs et des intérêts collectifs, l’intégration de la production nationale et la valorisation des ressources naturelles de nos pays, la protection de l’environnement et l’élimination des entraves techniques aux échanges. « Le respect des normes reste donc un défi majeur que nos entreprises doivent relever face aux nouveaux enjeux de la mondialisation », a-t-il affirmé.

Traduire la volonté du Président IBK

La vision du département en  charge du développement industriel est de traduire la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Il s’agit, a dit le Secrétaire général, de développer un réseau d’entreprises qui créent des emplois durables. « La dimension conquête de marchés extérieurs devrait également être une exigence pour que les entreprises nationales aient des standards de qualité et de service qui peuvent tenir tête à la compétition internationale de plus en plus féroce ». Pour lui, l’un des principaux axes de cette vision est la culture de la qualité. Il a souligné que le développement de la culture qualité sera soutenu par le développement d’une infrastructure nationale de la qualité à travers la normalisation, la promotion de la qualité, l’évaluation de la conformité aux normes, la certification, l’accréditation, la métrologie. « Toute action qui concoure à la réalisation des objectifs liés à la mission fondamentale de l’AMANORM, est à encourager ». Le Président du Conseil d’administration a salué l’engagement et le souci de la direction générale de l’AMANORM et l’ensemble du personnel pour répondre aux attentes des secteurs public et privé. « Je les exhorte à continuer sur le dynamisme imprimé pour la totale satisfaction de leurs usagers », a-t-il lancé.

Interrogé par la presse en marge de cette session du conseil d’administration, le Directeur général de l’AMANORM, Yaya Niafo, a fait le bilan des activités réalisées. « L’année dernière, nous avons pu élaborer environ 58 avant-projets de normes dans différents domaines. Cela nous amène à plus de 334 normes nationales », a déclaré le directeur général dont l’engagement et la détermination ont permis à l’agence de se faire une place honorable à l’échelle régionale et internationale. Selon lui, il y a un besoin de mise à niveau à travers le renforcement des capacités du personnel en termes d’équipements.

« Nous avons mis le paquet »

« Aujourd’hui nous avons besoin de renforcer les capacités des agents pour qu’ils soient de bons auditeurs, de bons accompagnateurs pour mettre à niveau ces entreprises nationales afin que celles-ci puissent  avoir une place sur le marché national, communautaire et international ».

Dans la sous-région, a-t-il souligné, le Mali détient le maximum de normes. « En termes de normalisation, nous avons mis le paquet. Nous sommes au même niveau que les autres pays de la sous-région mais il faut reconnaître que les moins de 10% de ces normes sont d’application obligatoire… Nous étions à 334 normes. L’année dernière, nous avons pu évoluer jusqu’à 58 normes nationales et nous serons bientôt dans les 400 normes ». A en croire le Directeur général, les normes existent dans certains domaines comme par exemple le domaine de la construction où on parle de normes sur le fer à béton, sur le ciment.

Il a rappelé qu’il existe des normes pour tous les produits de grande consommation au Mali. Les normes, a expliqué Yaya Niafo, ont une application facultative. Selon lui, il faut aller vers la création des conditions pour rendre obligatoire l’application des normes. « Il faut aller vers l’application obligatoire », a-t-il recommandé. L’Amanorm, à ses dires, va continuer à développer la certification-produit à travers la marque nationale de conformité aux normes qui est un outil de promotion commerciale.

Organisme national de normalisation, l’Amanorm anime et coordonne les travaux, études et enquêtes en matière de normalisation, de promotion de qualité, de certification et d’accréditation. Ses missions sont entre autres d’accompagner les entreprises à la certification de leur système de production et de leurs produits ; accompagner les laboratoires, les organismes d’inspection et de certification à l’accréditation ; gérer et diffuser toute documentation en matière de normalisation et de promotion de la qualité ; informer, assister et conseiller les entreprises et les laboratoires en matière de normalisation, d’assurance qualité, de management qualité et outils qualité, de certification et d’accréditation ; entreprendre toutes actions de formation et de perfectionnement en matière de normalisation, de promotion de la qualité, de certification et d’accréditation ; créer la marque nationale en conformité aux normes et gérer son utilisation.

L’Amanorm est membre de l’ISO, du programme d’harmonisation des normes de la CEDEAO (ECOSHAM), de la politique qualité de la CEDEAO (ECOQUAL) et de la politique qualité UEMOA.

CD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *