7ème édition du Tour Cycliste du Mali : Quelques participants se prononcent…

La Fédération Malienne de Cyclisme a organisé du 1er au 5 février dernier la 7ème édition du Tour Cycliste du Mali. De Kita à Bamako en passant par Bougouni, Koumantou, Niéna, Sikasso, Koutiala et Ségou, la caravane a reçu un accueil chaleureux. L’organisation sans incidents majeurs de ce tour est un défi relevé par le bureau de la FMC avec à sa tête le Président, Amadou Togola. Quelques participants s’expriment. De façon unanime, ils apprécient tous la qualité de l’organisation de cette compétition internationale.

Laurent Bezault, directeur de l’épreuve

« Il ya des choses à améliorer »

On a reçu un bel accueil de la population, une organisation de qualité. Il faudrait qu’on ait un peu plus d’équipes. Il ya des choses à améliorer. Il faut s’asseoir pour voir qu’est-ce qui a fonctionné, qu’est-ce qui n’a pas fonctionné et se mettre à travailler pour l’année prochaine. Le niveau était bon. Ça  a un des niveaux les plus élevés du continent africain. Cependant, les coureurs maliens n’ont pas démérité, ils se sont défendus, ils se sont battus contre une belle équipe marocaine qui était forte. Les coureurs maliens sont à l’honneur.  Ils ont mouillé le maillot. Le trajet était dur et long. Il ya eu des bagarres très compliquées pour Yaya Diallo qui s’est retrouvé tout seul entre trois marocains mais il a su garder son avance et aujourd’hui il gagne ce tour du Mali. C’est une belle victoire méritée.

Mme Adja Minata Mara, Présidente de la fédération guinéenne de cyclisme  

« Le Mali nous a montré que notre sous-région peut faire mieux »

C’est pour moi une occasion de remercier la Fédération Malienne de Cyclisme qui a pensé à la Guinée pour cet évènement. C’est aussi le renforcement des rapports entre les deux fédérations, des liens de fraternité et de sportivité entre les deux pays. Le Mali nous a montré que notre sous-région peut faire mieux même si certains pensent le contraire. La Guinée a présenté une équipe de six (6) coureurs.

El Amal Moustapha, chef de la délégation marocaine 

« Tout s’est bien passé »

Je tiens à remercier les organisateurs. Je félicite la première Dame du Mali Mme Keïta Aminata Maïga pour son assistance et son soutien. Je salue également la santé, la sécurité (police, gendarmerie et protection civile). Partout où on a été, notre sécurité était assurée. Tout s’est bien passé. Il y a eu la concurrence entre les maliens et les marocains. Ça a été vraiment chaud. Dieu merci, le jeune malien Yaya Diallo a gagné le maillot jaune et Gaiz Haitem aussi est arrivé premier de la course de la cinquième étape. Je suis vraiment content.

Abdoul Wahab Sawadogo, entraineur de l’équipe du Burkina Faso 

« Je suis très content d’avoir participé à ce tour du Mali »

Je suis très content d’avoir participé à ce tour du Mali. Ce n’est pas notre première participation à cette compétition qui était arrêté avec le problème politico-sécuritaire au Mali. Tout s’est bien passé.  Le Mali a gagné le prix. On est content. On a été informé à la dernière minute mais le Mali étant un pays frère, on ne pouvait pas rester en marge de cet évènement surtout en cyclisme. C’est pour cette raison qu’on est venu participer à ce tour et non pour la gagner. On est vraiment content que les maliens aient gagné leur tour.

Yaya Diallo, vainqueur du tour

« Je demande à nos autorités de nous aider »

Je suis content d’avoir emporté le prix de ce tour. Notre équipe a bien travaillé. N’eut été les petites pannes, on allait encore faire mieux. Je demande à nos autorités de nous aider. On a besoin de matériels pour travailler, pour se préparer sinon sans une bonne préparation, on ne peut pas compétir. Je salue tous les maliens de m’avoir supporté, d’avoir supporté notre équipe jusqu’à la fin du tournoi.

Aminou Gado, cycliste du Niger 

« J’ai appris beaucoup de leçons pour les prochaines éditions »

Je suis très content d’avoir participé à cette grande compétition internationale en cyclisme. C’est une première du genre pour moi. J’ai appris beaucoup de leçons pour les prochaines éditions.

Mamadou Alpha Doumbia, cycliste de la Guinée Conakry 

« On a abandonné à cause du manque de matériels »

On vient de terminer la cinquième et la dernière étape du tour. On a parcouru plus de 600 kilomètres. Au départ, j’étais bien parti dans la course mais vers la fin on m’a rattrapé. Si vous voyez que les marocains sont plus forts que nous, mieux préparés que nous, c’est parce qu’ils ont plus de matériels, de moyens que nous. C’est pour cette raison qu’ils nous ont vaincus. Certes, il ya eu des accidents au cours des trajets mais de notre côté, Dieu merci, on en a pas eu. Si vous voyez qu’on a abandonné, c’est à cause du manque de matériels. Sinon on est courageux quand même.

Alioune M’Bengue, cycliste du Sénégal 

« On a participé à ce tour avec nos propres moyens »

Je suis venu  représenter l’équipe nationale du Sénégal en cyclisme. Tout s’est bien passé. Pendant les courses, on a eu des difficultés parce qu’on n’avait pas de roues de secours. On a participé à ce tour avec nos propres moyens. La fédération n’a rien fait pour nous. On était venu avec nos propres vélos. Malgré tout, on a bien représenté notre pays et tout s’est bien passé.

Propos recueillis par Bourama Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *