Affichages publicitaires à Bamako et Kati : Le GPAC met un holà à l’anarchie

Les GPAC, les communes du District de Bamako et de Kati, le département de la Communication et celui de l’Administration territoriale ont signé une convention le 9 janvier dernier, dans la salle de conférence du gouvernorat du District. L’objectif de cette convention est  de règlementer le secteur de l’affichage publicitaire extérieur dans le district de Bamako et Kati. C’était sous la présidence de Yaya Sangaré, ministre de la Communication chargé des relations avec les institutions, porte-parole du gouvernement, en présence du secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale, des représentants des départements de la Sécurité et de la Protection civile, des Transports et de la Mobilité urbaine, des Infrastructures, de l’Urbanisme et de l’Habitat, du gouverneur du district de Bamako et du président du patronat malien.

La prolifération anarchique des affichages dans la capitale et ses environs est un casse-tête pour les professionnels du secteur et un danger pour les populations. C’est pour mettre un terme à ce désordre que le GPAC a initié un processus qui a abouti à la signature d’une convention portant réglementation de l’affichage publicitaire extérieur.

Ce processus, selon le président du GPAC, Sidy Danioko, a été conduit par un groupe de travail qui a collaboré avec les départements ministériels concernés, les six (6) communes du district de Bamako et celles de Kati. « L’initiative du GPAC vise à règlementer le secteur des affichages publicitaires, identifier les acteurs et les supports, désinstaller tous les supports anarchiques, rendre l’assurance obligatoire pour tous les supports et sécuriser les recettes fiscales générées par ces affichages au niveau des communes et enfin contribuer à créer des emplois stables », a rassuré Sidy Danioko.

Une commission de gestion sera mise en place et aura pour mission d’autoriser l’affichage publicitaire à travers l’attribution d’agréments aux acteurs. « Les supports publicitaires seront un élément contributif de la beauté de Bamako », a ajouté le président du GPAC qui a remercié le ministère de la Communication et les autres ministères concernés et les mairies qui ont adhéré à l’idée.

Le porte-parole des maires, Hassane Sidibé, s’est réjoui de la signature de cette convention qui va non seulement améliorer les recettes communales, mais aussi et surtout contribuer à la beauté de la ville.

Pour le ministre Yaya Sangaré, le secteur de la publicité extérieure, ces dernières années, a connu un développement fulgurant au Mali et précisément à Bamako et environs. Cela s’est traduit par l’implantation anarchique de panneaux de formats divers, statiques et souvent dynamiques et très lumineux, le long de toutes les artères de la capitale, devenant par moment des instruments ‘’accidentogènes’’ pour nos concitoyens et à juste raison, parce que quand l’esprit est sur ces panneaux, l’œil n’est pas toujours sur la route. « Cela ne pouvait continuer à être toléré. C’est pourquoi, nous avons, dès notre prise de fonction, souscrit entièrement et totalement à ce projet. La convention est le premier pas d’un processus, celui de l’organisation totale du secteur de l’affichage publicitaire au Mali. Elle prend en compte les panneaux sur pieds implantés au sol, tous formats confondus, les panneaux sur toits et sur les murs, tous formats confondus, les mobiliers urbains, tels que les abris destinés au public, les kiosques à usage commercial, les lampadaires, les mâts porte-affiches, entre autres. Tout cela sera désormais encadré par un cadre légal. Aucun acteur ne devrait plus pouvoir installer ces dispositifs publicitaires sur le domaine public sans avoir obtenu au préalable une autorisation en bonne et due forme de la Commission d’implantation », a prévenu le ministre.

La mise en œuvre efficace de cette réglementation permettra d’améliorer non seulement la qualité du cadre de vie de la ville de Bamako, mais également, de lutter contre les nuisances visuelles et de favoriser la mise en valeur du paysage et du patrimoine culturel

Le ministre Yaya Sangaré a souhaité que la remise officielle des agréments aux agences-conseils en publicité, aux agences de communication et aux régies publicitaires se fasse au cours d’une grande cérémonie, comme ce fut le cas aujourd’hui.

Ont apposé leurs signatures, le représentant du ministère de l’Administration territoriale, le ministre Communication, le gouverneur du district, le représentant du maire du district de Bamako, les maires des six communes de Bamako, le maire de Kati, la mairie de Kalabancoro et le président du GPAC.

Daouda T. Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *