Afrik’ actu : Rencontre IBK-Soumi : Pourvu que cela serve à rafraîchir le front social


« Mieux vaut tard que jamais ! », nous enseigne une sagesse  populaire.  C’est  ce  qu’a certainement  compris  Soumaila Cissé  en sortant  désormais de sa léthargie politique pour se rendre,  la semaine  dernière,  à Koulouba afin  de soumettre à  Ibrahim Boubacar Kéita sa contribution personnelle pour  faire arrêter la grogne des hommes de la Blouse blanche, en particulier mais aussi  rafraîchir en général,  le front social en ébullition depuis près d’un mois dans notre pays.

Visiblement,  cette  rencontre du Président IBK et de Soumi, le Chef de file de l’opposition malienne,  pour discuter des questions de la nation  à un moment difficile et critique , est  un fait  notable qui rassure  davantage les citoyens que pouvoir et opposition sont  aussi capables de mettre de coté leurs égos pour faire face à l’essentiel. Mais également, elle  permet  à tout observateur  avisé de faire une belle lecture de  l’avenir politique du Mali.  D’autant que  le fait  est très inédit de  voir  une opposition politique au chevet de l’exécutif pour des missions de bons offices en vue de décrisper le climat social très  tendu.

Mais  il reste à savoir, au-delà de la belle image affichée, si les conseils prodigués par Soumi à son ainé serviront  à faire bouger  concrètement les lignes.  Dans la bonne perspective, ce sont les citoyens maliens qui sortiront grands gagnants de l’épreuve. Puisque le travail reprendrait dans le secteur de la santé et de l’éducation pour le grand bonheur de tous. Quid des avancées de la démocratie  dans notre pays ?  Le monde entier retiendra qu’au Mali, la démocratie est aussi participative. En ce sens que l’opposition ne se borne pas simplement à critiquer l’action gouvernementale. Mais qu’à travers ses propositions de solutions pour solder les crises et  ses contacts physiques avec l’exécutif et la majorité présidentielle, elle peut également  influencer les prises de décision.

Toutefois, à 15 mois de la présidentielle de 2018 et avec la nomination du nouveau Premier ministre, les deux hommes se sont-ils bornés à  discuter sur les voies et moyens de décrispation du climat social ? Les avis divergent et les polémiques vont bon train. Des sources indiquent que l’opposition ferait son apparition dans le gouvernement Abdoulaye Idrissa Maïga. La réponse  à cette suspicion ne saurait désormais tarder. Dans l’affirmative, cela serait une très mauvaise  chose  pour notre avancée démocratique. Puisque rien ne contraint l’opposition malienne à faire partie du gouvernement, notamment en ce moment précis. Au contraire, son adhésion au nouvel attelage gouvernemental ne lui rendra pas un bon service. Cela constituera  même  son suicide politique. Mais que sait-on !

Gaoussou Madani Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *