Ancienne gloire du football malien : Konan a besoin d’aide !

Malade, l’ancien joueur du Club Olympique puis du Stade malien de Bamako et de l’équipe nationale du Mali, Tidiane Konaté dit Konan, a vraiment besoin d’assistance.

Il a fait les beaux jours du football malien pendant plusieurs années au grand bonheur de nombreux afficionados des clubs prestigieux de la capitale comme le COB et le Stade malien de Bamako voire des Aigles du Mali. L’évocation du seul nom de Konan au cours d’un match ne laissait personne indifférent : la crainte ou le plaisir de le voir évoluer.

Le football, dit- on, est un sport ingrat. Savez –vous que cette légende vivante de notre football qui a, maintes fois et vaillamment, défendu les couleurs nationales, passe le clair de son temps à déambuler dans les rues pour ramasser des ordures ? Hélas, oui. La cinquantaine largement dépassée, l’emblématique footballeur est malheureusement réduit aujourd’hui à la démence.

L’ancienne gloire de notre sport-roi a fait ses débuts au Club olympique de Bamako (COB). C’est là que, de 1976 à 1978, sera remarqué l’immense talent de ce fin technicien. Au cours de la saison 1978, il effectua son transfert chez les blancs de Bamako et en 1982, il gagne la Coupe du Mali contre le Biton de Ségou.

Sélectionné dans l’équipe nationale, il s’impose très rapidement comme un titulaire indiscutable. Sa polyvalence soutenue par une intelligence de jeu hors-pair fait de lui l’un des pivots des Aigles. La preuve : la cinquantaine de sélections et de façon régulière entre 1978 à 1984 à l’équipe nationale. Les sélectionneurs nationaux du Mali (Nicolaï Golov, Manfred Kaltz et Mamadou Keita dit ‘’Capi’’ ont tous eu recours à son service et le faisait jouer tantôt comme milieu offensif, tantôt avant-centre, souvent dans le bastion défensif comme libero ou stoppeur tant l’homme était à l’aise à tous les postes.

Convaincu de son talent (surtout lassé par la précarité du football au Mali), il s’envole pour la France pour tenter de négocier un bon contrat et améliorer ses conditions de vie. C’est là que débute la maladie qui allait altérer ses facultés mentales, le contraignant à retourner au bercail.

Dès lors, l’enfant de Darsalam vit une vie d’errance dans l’indifférence générale. Ce qui n’honore pas notre pays n’est nullement de nature à motiver les jeunes footballeurs à défendre le drapeau national. Elle interpelle en premier lieu le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’ensemble des dirigeants sportifs, les supporteurs, opérateurs économiques et tous les mécènes amoureux du ballon rond pour une prise en charge médicale, psychique et sociale rapide de Tidiane Konaté alias Konan.

En guise de solidarité vis-à-vis d’un digne fils qui a beaucoup donné à son pays, l’Union Nationale des Anciens Footballeurs du Mali (UNAFOM) sous la férule de son président, Mamadou Dipa Fané a, dans un passé récent, offert une enveloppe symbolique, un lit, un matelas et des moustiquaires à son ancien collègue et ami de longue date.

Soumaïla Diarra dit Iso lui donner régulièrement de l’argent pour le couvert.

Mais pour autant, faut-il laisser Tidiane Konaté dit Konan continuer de monologuer et de fouiller dans les poubelles de la ville, avant de finir comme son non moins regretté ancien des Aigles et du Real, Youssouf Traoré dit Jardin ?

Alpha S Sangaré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *