Assises nationales sur la relance du coton : Où est partie la recommandation-phare ?

La recommandation-phare portant sur la mise en place d’un bureau provisoire de la Confédération des sociétés Coopératives des producteurs de Coton, instance indispensable pour espérer sur la reprise de la culture de coton sans pépin, a presque été mise au second plan. Pire, aucune feuille de route pour la mise en oeuvre des recommandations.

Pour une relance de la culture du coton, le département de l’agriculture a initié un forum de dix jours qui a commencé avec les acteurs du secteur. D’importantes recommandations ont été formulées. Malheureusement, la fin   a été presque une mascarade. Car, la recommandation-phare portant sur la mise en place d’un bureau provisoire de la Confédération des sociétés Coopératives des producteurs de Coton, instance indispensable pour espérer sur la reprise de la culture de coton sans pépin, a presque été mise au second plan. Les politiques sont-ils passés par là ? Le département de l’agriculture a-t-il bien suivi correctement les travaux du début à la fin ou est-il complice au détriment de la vision réelle des paysans contonculteurs ? Autant de questionnements à travers cette rencontre d’espoir.

Considérée comme le fond de la crise et retenue jusqu’au 7 février, cette recommandation contre toute attente ne figurait plus parmi celles lues par le conseillers du département en charge de l’agriculture, Yacouba Koné, lors de la clôture des assises. Du 18 janvier au 08 février 2021, paysans et acteurs de la filière coton se sont assis pour échanger sur la relance de la culture du coton.

Au cours de ces assises, de la base au sommet, d’importantes recommandations ont été formulées. Une manière pour les acteurs concernés que sont les paysans d’être quelque part maîtres de la situation. En la matière, les assises nationales devraient être un tremplin pour améliorer davantage les recommandations venues de la base. Mais, pour des intérêts personnels, « le forum a été infiltré. Nous osons le dire sans hésitation car, selon certains participants venus d’ailleurs, des personnes sans mandat se sont imposées au cours des débats.

A la fin de ces assises, aucune feuille de route n’ a été élaborée pour la mise en oeuvre des recommandations. Pire, la recommandation-phare à mettre en oeuvre après le forum a été à la grande surprise des participants reléguée au second plan. Figurant dans le premier chapitre et en première ligne, la question d’un bureau provisoire de la confédération, indispensable pour espérer la relance de la culture du coton a été tripatouillée.

Ce bureau, selon les attentes des paysans, devrait de concert avec les plus hautes autorités procéder à la mise en place de l’ensemble des bureaux de coopératives et lancer la campagne 2021- 2022. Contre toutes attentes, le département des actions sociales, chargé de la gestion des coopératives, a rejeté la mise en place du bureau provisoire au motif que l’OHADA ne prévoit pas de telle disposition. Or, selon un spécialiste de l’organisation, en cas de silence du droit communautaire, référence est faite aux textes nationaux. ‘’Et tous ce que le droit n’est pas contre est permis ‘’. Conséquence, en lieu et place de cette recommandation, les plus hautes autorités ont été engagées à approfondir la question de gouvernance des organisations de producteurs dans les meilleurs délais. Chose qui a surpris le monde paysan. Sommes-nous à l’abri d’une nouvelle contestation pouvant aboutir à un autre boycott de la campagne cotonnière qui pointe à l’horizon. ? Malgré certaines failles, l’un des points importants a été la motification de la clé de répartition des prix et des ristournes. Cette option va couper court aux guerres de lerdership qui s’imposent souvent dans les instances de gouvernances.

Drissa Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *