Autonomisation des adolescentes et jeunes femmes : L’éducation mise à contribution

Afin de promouvoir les activités du projet « d’autonomisation des adolescentes et jeunes femmes par l’éducation au Mali », le Ministère de l’Education Nationale, le bureau UNESCO, l’UNFPA et ONU Femmes, avec le soutien de la Korea International Cooperation Agency (KOICA), ont conjointement organisé, du lundi 28 au mercredi 30 novembre 2016 à l’Hôtel Salam de Bamako, un atelier d’appropriation et de planification.autonomisation-des-adolescentes-et-femmes-001
La cérémonie qui a vu la participation de plusieurs organisations nationales et internationales, notamment la représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de la MINUSMA et Coordinatrice résidente du Système des Nations-Unies au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe, était présidée par le Ministre de l’Education Nationale, Kénékouo dit Barthélémy Togo. Les différents acteurs et partenaires, à la fin de l’atelier, devront être capables de s’approprier le projet conjoint en ayant une compréhension commune et détaillée de tous ses aspects techniques. De même, la planification annuelle 2017 des activités du projet sera élaborée conjointement. Le Ministère de l’Education Nationale du Mali ainsi que ses partenaires techniques et financiers actifs dans le secteur de l’éducation, accordent une priorité aux questions de l’éducation, de la santé et du bien-être des adolescentes et des jeunes femmes.
Le projet « Autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali », qui est une partie intégrante du programme global conjoint UNESCO-UNFPA-ONU Femmes, est financé par la République de Corée à travers son agence de coopération internationale (KOICA). Dans sa mise en œuvre, le projet répondra à quatre principaux objectifs : le renforcement de la qualité de l’éducation de base ; le renforcement de l’éducation à la santé sexuelle et reproductive, à l’hygiène de l’eau, et à l’assainissement ; le renforcement d’une meilleure prise de conscience de l’importance de l’égalité des genres et de l’éducation des adolescentes et des jeunes femmes par les décideurs et les communautés ; le renforcement de l’utilisation des données et des connaissances répondant aux préoccupations des adolescentes et des jeunes femmes en vue de leur autonomisation.
Ce projet commun, répond ainsi dans sa finalité et dans ses objectifs, à l’atteinte de plusieurs Objectifs du Développement Durable (ODD) tels que l’Education de qualité, l’Egalité entre les sexes, l’Eau propre et l’assainissement pour tous, les Inégalités réduites.
Cet atelier technique réunira une cinquantaine de participants, dont les différents acteurs et partenaires nationaux impliqués dans le projet ainsi que des experts de l’UNESCO, de l’UNFPA et d’ONU Femmes. Cette équipe de base est renforcée et accompagnée tout au long de l’atelier par un facilitateur général ainsi que par les équipes de l’UNESCO (IICBA, UIL, BREDA, et le Bureau de Bamako), d’UNFPA et d’ONU-Femmes et des experts de la Commission Nationale Malienne pour l’UNESCO.
Mme Mbaranga Gasarabwe, a vivement salué et remercié la coopération coréenne pour le financement du projet. Elle a rappelé les principaux objectifs des Nations-Unies, à travers l’UNESCO, pour la promotion de l’éducation, notamment chez les adolescentes et les femmes. Tout en soulignant l’importance de l’autonomisation des femmes, Mme Mbaranga a affirmé que « l’une des clefs de la politique de développement » se retrouve dans leurs mains.
Selon le Ministre de l’Education Nationale, le Mali, avec l’appui constant de ses partenaires techniques et financiers, fait de l’éducation, de la santé et du bien-être des adolescentes et des jeunes femmes, une priorité nationale dans ses politiques, programmes et plans nationaux aussi bien du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle que de celui de la santé et de l’hygiène publique.
Pour M. Togo, « les tendances négatives, comme les faibles taux de scolarisation et d’alphabétisation, la fréquence des mariages précoces et leur exposition aux infections, mettent à dures épreuves les objectifs d’autonomisation des adolescentes et des femmes». Il dira que c’est indéniable de reconnaître à chaque femme d’être le vecteur du développement durable. Il n’a pas manqué, avant d’ouvrir les travaux, de remercier la coopération sud-coréenne (KOICA).
Gaoussou M. Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *