Caisse malienne de Sécurité Sociale (CMSS) : Les bons points de Mme Diéminatou Sangaré

Mme Diéminatou Sangaré est déterminée à donner un nouveau visage à la Caisse malienne de Sécurité Sociale (CMSS). Malgré un contexte difficile marqué par la maladie à coronavirus et la crise sociopolitique, la directrice générale et son équipe ont conjugué leurs efforts pour permettre à la Caisse de sortir la tête de l’eau avec le paiement régulier des pensions et la gestion déléguée de l’AMO et, surtout, l’équilibre de la branche de vieillesse.

En décembre dernier, la Caisse malienne de Sécurité Sociale (CMSS) a tenu les 23ème et 24ème sessions de son Conseil d’administration et la 14ème session ordinaire du Conseil d’administration dédié à la Délégation de gestion de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO). Malgré la pandémie de la maladie à coronavirus et les événements sociopolitiques qui ont secoué le pays, la CMSS a su assurer ses missions essentielles, notamment le recouvrement des cotisations sociales, la mobilisation des ressources et le paiement des prestations sociales.

Féliciter la direction générale et le personnel

Selon le Président du Conseil d’administration, Dr Sékou Oumar Dembélé, conseiller technique au ministère de la Santé et du Développement Social, «à la date du 30 septembre 2020, sur une prévision annuelle de 126. 682. 835. 357 FCFA, le budget a été exécuté en recettes pour un montant total de 89. 515. 403. 093 FCFA, soit un taux d’exécution de 70.66% et en dépenses pour un montant total de 88. 290. 000. 570 FCFA, soit un taux d’exécution de 69.69%»….. La situation financière de la CMSS était caractérisée par un déficit structurel découlant du déséquilibre de la branche vieillesse. A la suite de la réunion de cadrage budgétaire entre la CMSS et la Direction générale du Budget, la branche vieillesse ressort équilibrée à partir de 2020. Ce qui était considéré comme subvention d’équilibre représentait en réalité la part des cotisations sociales de l’Etat. C’est le lieu de féliciter la direction générale et l’ensemble du personnel de la CMSS pour les résultats obtenus qui s’illustrent par quelques indicateurs de performance : le taux de recouvrement des cotisations sur la période allant du 1er janvier au 30 septembre 2020 qui est de 94,21%. 97,34% du montant des pensions émises ont été effectivement payés sur la période », a expliqué Dr Sékou Oumar Dembélé.

Hausse de 26.08 % du budget 2021

La 24è session ordinaire du Conseil d’administration de la CMSS a examiné et adopté les projets du budget et du plan d’actions au titre de l’exercice 2021. Le plan d’actions 2021 de la CMSS découle de la convention d’objectifs et de moyens (2020-2023) signée entre le Conseil d’Administration et la Direction Générale. Elle s’articule autour de la pérennisation des régimes, le renforcement de la gouvernance de la CMSS, la gestion financière et comptable, les services aux assurés, les ressources humaines, le système d’information, les recommandations des missions d’audit et de contrôle et la communication.

Ce plan d’actions est adossé à un budget dont l’élaboration s’inscrit dans le respect des normes de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) et les ratios prudentiels de gestion et de performance conformément à la nomenclature du plan comptable de référence de cette organisation régionale chargée de contrôle et d’appui technique aux organismes de prévoyance sociale (OPS). Ainsi, le budget 2021 de la CMSS est arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 159.718.000 000 F CFA soit une augmentation de 26.08 % par rapport au budget 2020 qui était de 126.682.000.000 F CFA.

Il ressort de la tenue, le 31 décembre 2020, de la 14è session ordinaire du Conseil d’administration dédié à la délégation de gestion de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) que des résultats encourageants ont été obtenus par la Directrice générale de la CMSS et son équipe. Sur une prévision de 25.378.000.000 de FCFA dans le cadre de la gestion déléguée de l’AMO, la CMSS a recouvré 25.592.000.000 FCFA, réalisant ainsi un taux de recouvrement de 100,84%. Les prestataires de soins conventionnés ont été payés pour un montant de 23.975.934.256 FCFA sur une prévision de 24.000.000.000 CFA, soit un taux d’exécution de 99,90%. Le représentant du ministre de la Santé et du Développement social a salué et encouragé les Equilibres des régimes des pensions

La Directrice générale de la Caisse a reçu les félicitations et les encouragements des membres du Conseil d’Administration pour les idées innovantes allant dans le sens de l’amélioration des services et des conditions de vie de son personnel. Dans une interview accordée à la Presse au sortir de la 23ème session du Conseil d’administration, Mme Diéminatou Sangaré a félicité l’ensemble du personnel de la CMSS pour l’esprit d’équipe et le professionnalisme qui ont permis d’atteindre ces différents résultats.

La maladie à coronavirus a fortement impactée les activités de la Caisse malienne de sécurité sociale, a-t-elle reconnu. «Nous avons réalisé nos missions essentielles malgré une situation sanitaire et politique difficile pour notre pays. Nous avons pu mobiliser les ressources nécessaires à l’accomplissement de nos missions et nous avons pu payer les tensions dans le délai. Nous avons pu assurer notre mission de délégation de l’Amo…», s’est réjouie Mme Diéminatou Sangaré.

A l’en croire, ces missions ont été réalisées avec succès dans le respect des ratios de gestion et de performance de la CIPRES. «Nous devons respecter les normes de performances et de gestion édictées par la CIPRES. L’indicateur de la bonne gestion, c’est le ratio de gestion administrative qui est inférieur à 15%. Sur la période de janvier à septembre, nous sommes à 12% dans ce ratio. Cela est vraiment un indicateur de la bonne gestion de la CMSS. Le ratio de recouvrement est à une norme de 90% sur la période.et nous sommes déjà à 94% de ratio de recouvrement, donc la performance y est. On peut dire que le bilan est positif», a-t-elle détaillé.

La bonne nouvelle, selon la Directrice générale de la CMSS, c’est l’équilibre des régimes de pensions. «Le régime des pensions géré par la CMSS était en déséquilibre en 2019 et les années précédentes. Nous sommes en situation d’équilibre en 2020. La tendance se maintient jusqu’aujourd’hui et je pense que les tendances se maintiendront jusqu’aux prochaines années, Inchallah ».

Les grands challenges à relever

Pour la première responsable de la CMSS, le défi majeur est d’assurer la pérennité du paiement des pensions. «Il faut maintenir cette situation d’équilibre et passer à une situation d’excédent budgétaire pour pouvoir constituer des réserves…. En cas de difficultés, ces fonds permettront de payer les prestations sociales ».

Un autre défi, selon elle, est de continuer la modernisation des services de la CMSS. Elle a annoncé quelques avantages de cette modernisation qui permet entre autres de faire des économies de gestion, de simplifier les procédures vis-à-vis des usagers, de limiter les tracasseries administratives et surtout de faciliter l’accès aux prestations. «Nous avons déjà amorcé le paiement mobile des pensions. Nous avons aujourd’hui plus de 2000 retraités qui sont payés par Orange Money, de Kayes à Kidal. Notre défi est d’étendre cela à l’ensemble des retraités qui ont moins de 50. 000 de pensions », a-t-elle souligné.

L’excellence en ligne de mire

Dans ses vœux du nouvel an au personnel de la CMSS, la Directrice générale   propose de placer l’année 2021 sous le challenge de l’excellence. « La CMSS peut relever le défi, nous l’avons prouvé avec les résultats obtenus dans les conditions hostiles à la performance. Nous avons été à contre- courant des facteurs de l’échec. Je félicite avec fierté tout le personnel, chacun dans son domaine. Je vous invite à intégrer ce challenge ambitieux dans vos actions de tous les jours pour faire de la CMSS, le modèle du service public pour le bonheur de nos assurés. Cela permettra également à nous travailleurs de la CMSS d’avoir des conditions de travail et de vie meilleures, voire confortables».

Très optimiste, elle espère voir la CMSS passer rapidement à une situation budgétaire excédentaire.

CD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *