Centres ruraux de prestations de services agricoles : Des outils pour l’amélioration des conditions de vie en milieu rural

Inscrits dans le Programme présidentiel d’urgences 2018-2019, les Centres Ruraux de Prestations de services agricoles (CRP) sont une initiative présidentielle destinée à non seulement lutter contre l’exode rural, mais aussi et surtout améliorer les conditions de vie des populations en milieu rural. L’opérationnalisation de ce projet mis en œuvre par la Cellule de la promotion de l’entreprenariat agricole (CPEA) dirigé parM. Idrissa Diallo, sous le leadership du ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar, est entrée en phase le 6 juillet dernier à Manantali avec la signature entre le Coordinateur de la Cellule de promotion de l’entreprenariat agricole et 10 GIEs bénéficiaires.

Les CRP sont des entreprises agricoles tenues par des jeunes diplômés sans emploi ou des ruraux déscolarisés ou non scolarisés et qui ont pour activités de fournir aux producteurs d’une zone agricole des services de labour, de semis, de traitement, de récoltes et de post-récoltes etc… avec des équipements adéquats acquis avec le concours de l’Etat et du système bancaire. L’objectif global est de rendre accessibles au plus grand nombre d’exploitants et d’exploitantes Agricoles, des équipements Agricoles afin d’améliorer les conditions de vie en milieu rural.

Les Centres Ruraux de Prestations de services agricoles visent à réduire le chômage par la création d’emplois agricoles durables, réduire la pénibilité des travaux agricoles, concourir à la maitrise du calendrier agricole, créer des pools d’équipements agricoles de proximité, amoindrir l’exode rural des jeunes et de lutter contre la pauvreté.

Les principales activités des CRP sont, entre autres : les travaux de préparation du sol (labour, pulvérisation, mise en boue, nivellement etc.); les travaux de semis et de fertilisation ; les travaux d’entretien des cultures ; les travaux de récolte et de battage ; les travaux de transformation (broyage, bottelage, décorticage, mouture) ; le transport des produits agricoles et autres ; l’entretien et  la réparation des matériels et  machines agricoles ; la dotation en intrants Agricoles ; l’accompagnement des producteurs par les conseils Agricoles notamment le suivi du calendrier Agricole et la préservation des ressources naturelles.

‘’Nous sommes prêts à relever le défi et vous promettons que nous ne mourrons plus dans la Méditerranée’’

Pour la mise en œuvre de cette initiative heureuse, le gouvernement de la République du Mali a consenti d’énormes sacrifices, en dotant chaque CRP d’infrastructures comprenant : un bureau pour le président, un bureau pour le gestionnaire, une salle de conférence, un magasin, un hangar, un logement du gardien, trois latrines et une cour clôturée.

Les dix CRP qui constituent la phase pilote ont bénéficié de : 10 Tracteurs d’un montant de 166 498 000 F CFA ; 7 décortiqueuses ; 6 motoculteurs et de leurs accessoires ; 3 batteuses multicéréales ; 6 faucheuses d’une valeur de 50 645 000 F CFA. Soit un montant total de 217 143 000 F CFA.

A cela s’ajoutent, les travaux d’électrification des centres estimés à environ 70 000 000 F CFA. La moitié de ces équipements a été cédée aux CRP sous forme de subvention à hauteur de cinquante 50%. Les dix centres sont : Touba, Sofara Falaise, Sélingué, Kolongo, Dioro, Yorosso, Niono, Somo Sandji, Manantali, Sirakorola.

Lors de la cérémonie d’opérationnalisation des CRP, le chef du département de l’Agriculture accompagné du Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture en charge de l’Aménagement et de l’Equipement rural, Adama Sangaré, avait prévenu les responsables des dix centres. « Le Mali attend d’eux des résultats probants en tant que précurseurs de ce nouveau modèle de développement dans le monde rural. Je voudrais donc vous inciter à plus d’ardeur au travail et au respect des échéances de remboursement des prêts. Les conventions que vous venez de signer scellent un partenariat fécond entre l’Etat et tous les entrepreneurs Agricoles du secteur privé », avait déclaré le ministre Haïdara.

Pour le représentant de la coordination des dix centres ruraux de prestations de services agricoles, Bernard Doumbia, cette initiative du Président fera du Mali le grenier de l’Afrique. ’’Nous sommes prêts à relever le défis de la souveraineté alimentaire à travers la mécanisation de l’agriculture et vous promettons que nous ne mourrons plus dans la Méditerranée‘’ a promis le porte-parole des bénéficiaires.

Les CRP, véritables outils de développement du pays !

Les CRP, selon le Coordinateur du CPEA, M. Idrissa Diallo, sont de véritables outils de développement du Mali qui œuvrent pour la création d’emplois agricoles durables en milieu rural, la maîtrise du calendrier agricole, la réduction de la pauvreté, la lutte contre le chômage, l’organisation des jeunes au sein d’entreprises agricoles orientées vers la prestation des services agricoles, l’augmentation de la productivité agricole, la fourniture des prestations de services agricoles de qualité dans les domaines de la production, de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles dans l’agriculture, dans l’élevage, dans la pêche et dans l’environnement. « Ce vaste chantier de 10 CRP sera une vitrine pour les jeunes et les femmes dans ce programme afin d’impulser le développement de notre pays », avait affirmé le Coordinateur du CPEA, M. Idrissa Diallo.

A noter que les critères de création d’un CRP sont : Fournir un document de projet de centre rural de prestation assorti d’un compte d’exploitation (business plan);Formuler une demande  manuscrite timbrée à deux cents francs FCFA adressée au Ministre de l’Agriculture à travers la CPEA; Fournir un récépissé de création du GIE; Fournir un statut et un règlement intérieur du GIE ;Fournir  une copie du certificat d’enregistrement et d’immatriculation du GIE.

Par Daouda T Konaté

 

La CPEA en quelques mots

La CPEA a été créée par Décision N° 2014/00000030/MDR-SG du 28 janvier 2014. La CPEA a pour mission de contribuer à la lutte contre la pauvreté et le chômage par la création d’emplois agricoles durables.

Ainsi, en collaboration avec les structures du Ministère de l’Agriculture, elle :Participe à l’élaboration de la stratégie de promotion de l’entreprenariat agricole du Ministère de l’Agriculture ;Coordonne les actions de promotion de l’entreprenariat agricole dans le secteur du développement rural ;Mobilise les ressources nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie de promotion de l’entreprenariat agricole ;Créé des partenariats avec les structures internes et externes partageant les mêmes objectifs ;Contribue à la constitution d’une base de données en matière de promotion de l’entreprenariat agricole en rapport avec les autres structures ;Assure le suivi-évaluation de la stratégie de promotion de l’entreprenariat agricole dans le secteur du développement rural ;Accompagne les Promoteurs privés dans les différentes phases de réalisation de leurs projets ;Facilite l’installation des entrepreneurs agricoles dans le secteur du développement rural.

Enjeux et opportunités dans la transformation agro-alimentaire/agro-industrie

Le Mali regorge d’une très grande potentialité  agro-sylvo-pastorale. Le volet transformation Agro-alimentaire et Agro-industriel est assez timide et mériterait une plus grande attention des autorités. Il est à reconnaitre que d’énormes efforts ont été consentis par le gouvernement. Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République, Chef de l’Etat, a envisagé la valorisation de nos ressources Agricoles, le privilège à la promotion des filières à forte potentialité d’exploitation ou de substitution, la promotion de l’emploi en milieu rural.

Il est aussi envisagé de faire de notre pays en moyen terme un exportateur net de produits transformés et valorisés qui créeront de la valeur ajoutée contribuant ainsi à améliorer le revenu national et le pouvoir d’achat des Agriculteurs, des Eleveurs et des Exploitants forestiers. Le programme présidentiel 2018-2023 est la transformation du Mali en une puissance Agricole en Afrique de l’Ouest valorisant au mieux ses matières Agricoles et positionnement accru des produits maliens sur les marchés nationaux sous régionaux et internationaux; la protection de renforcement des moyens d’existence des populations vulnérables et l’amélioration de leur résilience ; la réorientation de la filière coton vers la satisfaction des besoins nationaux et sous-régionaux en huile, savon et aliment bétail. La qualité de nos produits est très prisée et créerait une plus grande value en les transformant. La transformation Agro-alimentaire et Agro-industriel est aujourd’hui pour le Mali un facteur  de création de richesses et d’emplois.

Le développement de l’Agro-alimentaire et de l’Agro-industrie comme moteur de la croissance économique au Mali a comme objectif principal de promouvoir le secteur, source de développement de l’industrialisation du pays et comme complément à l’agriculture de subsistance à travers l’amélioration de la compétitivité des Entreprises au sein des chaines de valeur Agricole.

Les opportunités, ici, c’est l’existence d’une main d’œuvre active, dont 51% constituent les jeunes et les femmes, la diversité et la valorisation des produits Agricoles locaux, l’engagement de l’Etat à créer, à investir, et à promouvoir dans le secteur. Il est aussi important de noter l’accompagnement et le soutien des partenaires techniques et financiers, la facilité d’accès aux crédits bancaires et l’accès aux marchés à travers les foires, les salons, les expositions nationale et internationale et les journées d’échange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *