Chute des recettes mensuelles de la Douane:Les anticipations et les abus dans les exonérations sont les cause !

Avec un manque de recette douanière de deux milliards de francs CFA environ, c’est une véritable saignée pour le trésor public. Malheureusement, c’est ce qui se passe dans le cercle des soldats de l’économie au compte du mois de septembre passé. A ce rythme, difficile de croire si les douaniers auront conséquemment leur ristourne en fin d’année. La question doit être posée, si le directeur général des douanes Modibo Kane Kéïta ne change pas le fusil d’épaule. En tout état de cause, rien n’est sûr. Car, c’est des inquiétudes dans le rang des douaniers au rythme où les affaires sont gérées.

L’arrivée du directeur général Modibo Kane Kéïta et de l’ex-directeur général adjoint, Nouhoum Sadia Camara avait suscité un regain d’espoir dans le milieu douanier. Pour cause, ils étaient arrivés à normaliser les exonérations douanières et mettre fin aux anticipations, lesquelles pratiques jouaient négativement sur l’évolution des recettes de la douane. Par cette pratique du coup, de 26 milliards de francs CFA de recette par mois, ils se sont retrouvés à plus de 36 milliards dès les premiers mois de leur gestion. Cette donne n’a fait qu’augmenter jusqu’à la fin de l’exercice 2015. Chose qui a permis aux douaniers de percevoir leurs ristournes conséquentes. Cet élan d’espoir s’est estompé en début mars 2016, occasionnant le retour à certaines mauvaises pratiques à savoir, les anticipations et les abus dans les exonérations douanières. Dans l’impasse, le directeur général a réalisé ses recettes. Une compromission sérieuse des objectifs globaux assignés à l’administration des douanes et menaçant les ristournes attendues par les agents. De plus en plus, c’est le retour d’une fraude organisée autour des anticipations et des exonérations douanières.
Du mois d’avril à août 2016, le directeur général Modibo Kane Kéïta aurait réalisé ses recettes sur la base des anticipations auprès des opérateurs économiques de la place. Comme récompense, ceux-ci bénéficient au retour des largesses de service comme, le changement de nature des marchandises. Puisqu’en matière de finance il est difficile de tricher, la descente aux enfers a commencé ce mois de septembre 2016 avec un manque de recette de deux milliards de francs CFA environ.
A ce rythme, il y a lieu de s’inquiéter dans le cercle des soldats de l’économie si cette allure continue jusqu’en décembre 2016, période critique en matière de finance. Pour ce faire, le pire doit être anticipé. Pis, biens de marchandises qui devraient occasionnées le payement de taxes et droits sont réorienté vers le bureau des exonérations douanières de sources sure. D’où, l’une des causes des pertes en recettes douanières. Une véritable saignée pour le trésor public et un risque de compromis pour l’acquisition des ristournes des douaniers.
Affaire à suivre
Fahdy: Source Le Dénonciateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *