Commandement de la Force de la MINUSMA : Le général belge Jean Paul Deconinck arrive

Le Général de Division Jean Paul Deconinck succède à la tête de la force de la MINUSMA à un autre haut gradé danois,  Michael Lollesgaard. Agé de 58 ans, le nouveau commandant de la force de la mission onusienne était jusqu’à sa nomination le chef d’état-major de l’Armée de terre de la Belgique.

L’information est tombée en fin de semaine et a fait le tour du monde. Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, a nommé le Général de division belge Jean Paul Deconinck à la tête de la Force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) en remplacement du général danois Michael Lollesgaard dont le mandat s’est achevé le 31 décembre 2016.

Né en 1959, le général de division Jean Paul Deconinck a une maîtrise en sciences militaires et sociales de l’Académie royale militaire belge. Le nouveau commandant de la force de la MINUSMA est aussi diplômé de l’École de Guerre, à Paris et du Collège de défense, à Bruxelles. Ancien élève du Collège Saint-Henri Comines d’où il est originaire, Jean Paul Deconinck était depuis 2014 le commandant l’armée de terre des forces armées belges. A ce titre, il était un élément clé du dispositif mis en place pour lutter contre le terrorisme. Cumulant 38 ans d’expérience militaire nationale et internationale au sein de l’armée belge,  le général Deconinck a travaillé à l’Etat-major au niveau du quartier général de la 17ème Brigade Blindée et au 3ème Régiment de Lanciers. Chef d’état-major adjoint, il  fut commandant du Collège de défense belge et commandant de la 7ème Brigade (Marche-en-Famenne) de l’armée belge. Aide de camp du roi, patron du défilé du 21 juillet, le Général Deconinck a mené plusieurs opérations à l’étranger. Entre 2008 et 2009, il a été commandant de la Force du Groupement tactique de l’Union européenne.

Le nouveau patron de la force de la mission onusienne est marié et père de trois enfants. Ce belge est le troisième commandant de la force de la MINUSMA.  Que peut donc apporter le Général Jean Paul Deconinck ? Pas grand-chose. Les grandes orientations de la MINUSMA sur les plans politique et militaire ne sont pas arrêtées à Bamako mais plutôt au siège de l’Organisation des Nations-Unies à New York où les représentants des grandes puissances versent des larmes de crocodile lors des attentats contre les soldats de la paix déployés au Mali. Les différentes résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU sont foulées au pied. Et le gouvernement légitime de la République du Mali est traité sur le même pied d’égalité qu’une bande de petits aventuriers dont le seul mérite est de prendre les armes pour découper en petits morceaux la patrie qui leur a tout donné.

Le fait le plus aberrant est que tous les observateurs sont unanimes que la communauté internationale n’en fait pas suffisamment pour mobiliser les moyens nécessaires afin de doter la force de la mission onusienne. Le général Jean Paul Deconinck arrive à une période charnière dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali qui commence à enregistrer quelques avancées sur le terrain. Comme ses prédécesseurs, la mission du Général belge est à la fois difficile et complexe.

Bienvenue dans le bourbier malien, Mon Général

Chiaka Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *