Commune urbaine de Goundam : Madame le Maire prend fonction

Mme Seck Oumou Sall a entamé, le 4 janvier dernier, son troisième mandat à la tête de la commune urbaine de Goundam. Ce quinquennat sera axé sur trois piliers : le renforcement de la cohésion sociale (le vivre-ensemble et la stabilité de la commune), la bonne gouvernance (à travers le développement local) et la justice.Mme Seck 001
C’est la salle de conférence du Centre Multifonctionnel des Femmes (CMF) qui a servi de cadre à la cérémonie d’investiture d’Oumou Sall Seck sous la présidence du représentant du Préfet, Famory Kamissoko, Sous-préfet central. Ils étaient nombreux à honorer de leur présence cette cérémonie symbolique et significative pour les populations de Goundam. Ce sont les chefs coutumiers, religieux, militaires, chefs des services techniques ainsi que des collègues maires, collaborateurs, représentants de la société civile et de la MINUSMA.
C’était dans un tonnerre d’acclamations que le nouveau conseil communal a fait officiellement son entrée après une concertation à huis clos dans la salle de réunion avec le représentant de la préfecture M. Famory Kamissoko et Oumou Sall à leur tête. Cette prise de fonction intervient juste à l’orée du nouvel an. Ainsi, d’entrée de jeu, dans son intervention au nom du Conseil de village de Goundam-ville, M. Abdoulaye Ababa Cissé dit Badou, a d’abord félicité et formulé des vœux de bonne année 2017 à la nouvelle équipe communale. Sans aller avec le dos de la cuillère, M. Cissé n’a pas tari d’éloges pour Oumou Sall Seck. Sa personnalité, retrempée par les nombreuses épreuves lui ont donné «l’énergie, l’opiniâtreté et le courage nécessaires pour imprimer sa marque, son style et son rythme dans sa manière inédite de conduire les affaires de la commune.» Et de renchérir que Goundam est étonné par son imperturbabilité laissant découvrir «une autre race de chefs pétris de patience et de sens des responsabilités.» M. Cissé a également salué le dévouement sans faille de Oumou Sall Seck à servir la commune urbaine de Goundam.
Quant au porte-parole des conseillers sortants, M. Alidji Boudiouma Baby, il n’a pas manqué de rappeler l’atmosphère des séances de travail durant ces deux mandats de gestion. «Nos séances ont été caractérisées par un haut niveau de débat, parfois très houleux, avec de contradictions, des oppositions, des divergences dans la forme mais dans le fond, nous nous retrouvions tous pour le développement de la ville. Nous sommes tous goundamiens et nous nous battons tous pour l’intérêt de Goundam», a-t-il lancé. M. Baby dira d’Oumou Sall, qu’elle est une dame de fer aux « qualités de femme intransigeante et combattante qui serviront au développement de la ville de Goundam.» A l’en croire, les conseillers sortants demeurent disponibles au service non seulement de leurs cadets conseillers, mais pour le développement global et harmonieux de Goundam. M. Baby les a exhortés au travail en cohérence pour bâtir un Goundam de référence.

Les axes prioritaires…
Dans son allocution, Oumou Sall a remercié et exprimé toute sa gratitude à tous les partenaires et collaborateurs durant ses 12 ans de gestion de la mairie de la commune urbaine de Goundam. Elle a affirmé reconnaître les insuffisances durant ses deux mandats et en tire les leçons. «Nous avons ensemble mené, dans le respect et la courtoisie, le combat durant 12 ans qui serviront aussi de guide pour nous. C’est à partir de l’échec que nous allons construire l’avenir de notre chère commune. Je demande l’accompagnement de tous à être des vecteurs de cette réussite à travers vos comportements pour accomplir cette tâche difficile», a-t-elle martelé.
En véritable pèlerin de la paix, Oumou Sall dira que le pari du développement ne pourra être gagné sans la paix. D’où son appel au pardon et au vivre-ensemble. «Je vous exhorte à beaucoup d’attention, de patience et essayons de pardonner au maximum en faisant en sorte qu’on lave le linge sale à la maison afin que nos déplacés, croupis dans des camps de refugiés, reviennent et qu’on les accueille et essaye ensemble de construire l’avenir. Cette crise que le Mali traverse nous a tous affectés et personne n’en est sorti gagnant. Le sang coulé est le nôtre, nous devons travailler pour qu’il n’y ait plus de sang versé sur cette terre », a plaidé l’ambassadrice de la paix Oumou Sall. Pour elle, « c’est tout Goundam qui a élu Mme le Maire et elle appartient aussi à tout Goundam.» D’où la nécessité pour elle et sa nouvelle équipe de se donner corps et âme afin de faire urgemment face aux attentes des populations. Pour elle, ce quinquennat sera axé sur trois piliers à savoir : «la cohésion sociale (le vivre ensemble et la stabilité de la commune), la bonne gouvernance (à travers le développement local) et la justice.»
Oumou Sall Seck sera épaulée par trois adjoints qui sont respectivement Messieurs Mahamoudou Sall, Hamadoun Diaouré dit Gaucher et Youssouf Ag Mahmoud Dicko avec des collègues conseillers.
Le Sous-préfet central M. Famory Kamissoko, au nom de la préfecture, a exhorté la nouvelle équipe de ne ménager aucun effort pour relever les défis.
Cette cérémonie d’investiture, marquée par une Fatiha, s’est déroulée dans le calme et la sérénité sous la haute surveillance des FAMA.
Dans la mouvance, l’après-midi a été marqué par un meeting de remerciement à toute la population de Goundam et aux 7 conseillers restant sur la liste Indépendante conduite par Oumou A. Sall lors des élections du 20 novembre dernier. Le lendemain, l’élue de Goundam a organisé une cérémonie de reconnaissance aux conseillers sortants, suivie d’une visite guidée de la mairie en chantier.

Ils expriment leurs attentes : Abocar Madiou Touré dit Kolo, enseignant : «Il faut un esprit d’équipe pour relever les défis »
«Nous attendons beaucoup de cette nouvelle équipe, notamment le développement de la commune, l’amélioration de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche ainsi que l’éducation et la santé. Sa priorité doit être la sécurité des personnes et leurs biens mais tout cela ne peut pas être acquis sans la cohésion sociale, la confiance de l’autre et la communication. Il faut un esprit d’équipe, dans la cordialité et la complémentarité afin de relever les défis qui l’attendent.»

Issa Hamadoun Cissé, réparateur d’appareils électroniques :«Il faut une gestion transparente des deniers publics »
«Le conseil communal doit se mettre rapidement à la tâche. Notre commune a des besoins énormes surtout au niveau des canaux d’évacuation des eaux de pluie. En plus, il faut nécessairement l’extension du réseau électrique dans les périphéries de la ville ainsi qu’un appui technique ou financier aux artisans et promoteurs de petites et moyennes entreprises. La circulation dans la ville est très fluide, des dos d’âne sont nécessaires. L’assainissement doit être également la priorité car les eaux usées foisonnent et les ordures sont entassées. Sur le plan de l’éducation, les classes sont insuffisantes vu la pléthore d’élèves. Nous appelons également le conseil communal à une gestion transparente des deniers publics ».
Propos recueillis par A.M.Bangou dit ECRIVAIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *