Compteurs truqués, branchements clandestins… : La chasse aux voleurs de courant ouverte !

Le temps du vol d’électricité et du branchement illicite au détriment de l’EDM-SA est désormais révolu. Une vaste campagne de lutte contre la fraude à travers une traque implacable des fraudeurs est officiellement lancée pour permettre à EDM-sa de souffler financièrement et de faire face aux défis. Annonce en a été faite le mardi 9 février 2021 par le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Seydou Lamine Traoré, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée dans la salle des conférences de son département en présence du Directeur général et du staff d’EDM SA.

Savez-vous que la seule fraude développée autour d’EDM-sa lui coûte pas moins de 7 milliards de pertes sèches par an ? Cela à cause des branchements directs illicites, des manœuvres délictueuses sur les compteurs se matérialisant par les rétrogradations d’index, blocage du tambour du compteur et introduction d’éléments étrangers pour ralentir ou bloquer l’évolution normale des index, etc.

Contrôle du réseau de distribution sur toute l’étendue du territoire

Pour le ministre Seydou Lamine Traoré, qui a fait ces révélations mardi dernier, ces pratiques frauduleuses sont désormais révolues. Et pour cause, a t-il déclaré à la faveur d’une conférence de presse : «La base de données- clientèle sera assainie à travers le lancement d’une vaste opération de contrôle du réseau de distribution sur toute l’étendue du territoire national. Cette opération sera menée de jour comme de nuit, en présence d’un officier de justice au besoin et concernera tous les clients EDM, sans exception aucune. Elle devra aboutir à terme à améliorer le taux de facturation et la trésorerie; augmenter le chiffre d’affaires; réduire la saturation illicite du réseau; offrir un meilleur service à la clientèle couplé à un égal traitement des abonnés».

Il s’agira, a-t-il précisé, de traquer les fraudeurs mais aussi d’appliquer aux contrevenants des mesures punitives pour éviter la répétition des irrégularités.

Dès son arrivée au département, a déclaré le ministre Traoré, il a effectué de vastes changements dans les organes d’administration et de gestion. Ces changements contrairement aux spéculations ont uniquement pour but de donner un nouveau souffle aux sociétés d’Etat placées sous sa supervision. En effet EDM-SA et Somagep ont plus que jamais besoin d’un management vertueux afin de mieux répondre aux enjeux et défis des sous-secteurs de l’énergie et de l’eau en termes de maîtrise des coûts de revenue assurance, d’expériences clients et de transformation de leurs business model. Ces deux structures sont confrontées à une situation qui les contraint de vendre l’eau et l’électricité à des prix largement inférieurs à leurs coûts de production. Pour relever le défi sans augmenter le coût de vente, des instructions ont été données aux cadres nouvellement nommés (PCA et DG) de mettre tout en œuvre pour l’exécution d’une réelle politique de maîtrise des coûts. Laquelle permettra à court terme une réduction drastique des déficits et à moyen terme la rentabilisation d’EDM et de la SOMAGEP SA. A l’en croire, la réussite de cette nouvelle donne va permettre à EDM de mieux se retrouver financièrement et faire face à d’autres challenges qui l’attendent. Il dresse une situation non reluisante de la société qui cumule plus de 75 milliards de déficit en 2020 et 39 milliards en 2019, 180 milliards de dette d’exploitation avec une absence totale d’investissements depuis 30 ans. «Pour sortir de cette catastrophe dans laquelle EDM est plongée du fait essentiellement d’une mauvaise gestion à tous les égards depuis plusieurs années, seront mises en place deux grandes orientations stratégiques : d’abord une politique de maîtrise des coûts et de revenue assurance, ensuite la transformation du business model (plan d’affaires) axé essentiellement sur la réalisation d’un vaste plan d’investissements dans les sources d’énergie moins onéreuses (gaz, solaire, hydro et éolien)».Parlant de la campagne contre la fraude, le ministre Traoré a affirmé qu’elle s’inscrit dans le cadre de la première stratégie de Politique de maîtrise des coûts.

Drissa Togola

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *