Construction des chaines de valeurs régionales : Des experts nationaux et régionaux peaufinent une stratégie à Bamako

Comment améliorer la participation des pays bénéficiaires du programme Cadre Intégré Renforcé (CIR) et du programme de Renforcement des capacités commerciales des pays ACP appelé Hub & Spokes, à l’économie mondiale par une meilleure intégration du commerce dans la stratégie de développement ? C’est l’essence d’un atelier qui a ouvert ses travaux mardi 04 octobre 2016 à l’hôtel Salam. La rencontre qui durera du 04 au 07 octobre, permettra aux participants d’explorer les mécanismes d’appui au développement des filières prioritaires à forte valeur ajoutée à savoir le coton/textile, les peaux et cuirs, la gomme arabique, la mangue et le Karité. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre du Commerce Abdel Karim Konaté, en présence du représentant du Chef de l’Etat auprès de l’OIF, Moustaph Dicko, du Secrétaire Exécutif du Cadre Intégré Renforcé (CIR), M. Mario Musa et du représentant de l’OIF, Cheick Oussouman.

La part de l’Afrique dans le commerce international se situe à moins de 3%. Et cela, en dépit des opportunités réelles de construction des chaînes de valeurs mondiales compétitives à partir des ressources naturelles disponibles en quantité. C’est pour renverser cette tendance que les coordonnateurs du CIR, appuyés par le réseau des ministres du commerce, lors de leurs rencontres de Dakar (Sénégal) en avril dernier et de Nairobi (Kenya), ont émis le vœu de voir se développer des filières prioritaires à forte valeur ajoutée d’une part et porteuses d’espoir d’intégration à des chaînes de valeurs régionales et interrégionales, d’autre part.
La présente rencontre à Bamako, initiée par le Projet Cadre Intégré Renforcé en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie à travers le programme Hub & Spokes, se situe dans ce cadre. L’objectif principal est d’évaluer les opportunités de création des chaînes de valeurs interrégionales dans les filières prioritaires retenues par les pays bénéficiaires des deux projets susmentionnés. Les filières concernées sont le coton/textile, les peaux & cuirs, la gomme arabique, la mangue et le karité.
Durant trois jours, les experts venus de l’espace francophone, vont examiner les modalités de renforcement des capacités d’offres des filières partagées entre plusieurs pays d’une part et préconiser d’autre part, des opportunités de collaboration/partenariat entre les opérateurs eux-mêmes (privé-privé) et entre les opérateurs et les groupements professionnels (public-privé) ou encore, entre les pays nord-sud ou sud-sud. Aussi, l’atelier permettra aux participants de faire le point des activités réalisées dans la collaboration entre les coordinateurs du CIR et les conseillers nationaux Hub & Spokes, de dégager les contraintes et les points forts ; de partager les bonnes pratiques en matière de synergie dans la sous-région ; de cibler les filières en vue de l’intégration des chaînes de valeurs régionales pour l’optimisation des capacités d’offres et enfin de proposer un cadre de suivi par les pays et les commissions UEMOA et CEDEAO ainsi que les pays pivots et organismes impliqués.
Le Mali, pays pilote dans la mise en œuvre du CIR
Pour le Secrétaire Exécutif du cadre intégré renforcé, Mario Musa, le développement des chaînes de valeur est d’une importance fondamentale pour le CIR qui est entré cette année dans sa phase 2. Il a salué l’OIF pour cette synergie d’effort pour l’ancrage du CIR en Afrique de l’Ouest. A l’en croire, le Mali a toujours contribué à la mise en œuvre du CIR en mobilisant des fonds propres à hauteur de 3 millions de dollars pour la période 2012-2017. Cet engagement de l’Etat malien s’est traduit par un nouveau financement pour cinq ans récemment assuré par le gouvernement malien pour la période 2017-2022. C’est pourquoi, disait-il, le Mali est l’un des pilotes dans la mise en œuvre du CIR sous le leadership du coordinateur national, Mohamed Sidibé.
Pour le représentant de l’OIF, Cheick Oussouman, cet atelier répond à la demande du Ministre du Commerce, M. Abdel Karim Konaté, qui avait demandé, lors de la rencontre de Dakar, que des réflexions stratégiques soient menées pour la construction de l’espace économique francophone où peuvent émerger des champions francophones. Il a loué le partenariat exemplaire qui a existé entre le CIR depuis son lancement et le programme Hub & Spokes. Il a annoncé l’extension du programme jusqu’en 2018 avec l’arrivée d’autres partenaires notamment la Banque Islamique de Développement, les professionnels du coton/textile en provenance du Vietnam et des professionnels du cuir venant du Maroc.
Pour le cas spécifique de la sous-région, le Ministre du Commerce, Abdel Karim Konaté, a rappelé que les évaluations de l’aide pour le commerce indiquent un niveau inadéquat d’harmonisation et de coordination des actions de l’aide pour le commerce. Les défis restent certains dans la cohérence entre la mise en œuvre des programmes tant au niveau national que régional. Toute chose qui commande une approche mieux coordonnée et mieux harmonisée en vue d’une mise en œuvre efficiente de l’aide pour le commerce.
Selon le ministre Konaté, il est donc plus profitable pour les économies au niveau national et régional, d’appliquer la notion de chaînes de valeurs afin que chaque pays se focalise sur les filières où il dispose d’un avantage compétitif certain au lieu d’inciter individuellement les pays à investir dans les filières pour leur seule autosuffisance. C’est pourquoi, saluant les initiateurs, M. Konaté a formulé le souhait de voir cet atelier déboucher sur une feuille de route assortie d’un plan d’actions pour la construction des chaînes de valeurs régionales.
Daouda T. Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *