Dépravation des mœurs : Quand les jumeaux et les faux jumeaux font l’objet de marchandisation sur les voies publiques

La mendicité est un fléau et une réalité qui se vit dans notre pays.
Cette situation honteuse est très complexe. Des femmes irresponsables, insouciantes mettent la vie des enfants en danger, au vu et su de tous. Cela relève de l’absence d’un Etat responsable. Faut-il en pleurer ou rire ?
imagesCASPHS0M
Des enfants jetés dans la rue pour mendier, cela se passe sous nos tropiques. En effet, des femmes irresponsables et insouciantes de l’avenir de leurs enfants, les mettent dans les rues, au vu et au su de nos plus hautes autorités, qui font semblant de ne rien voir. Depuis toujours, la mendicité est une méthode employée par des maîtres coraniques qui envoient les talibés à la recherche de nourriture pour subvenir à leurs besoins. Le cas des jumeaux est une réalité plus ou moins culturelle dans nos milieux, supposés éviter aux jumeaux des maladies surnaturelles, entre autres. Aujourd’hui, cela est en passe d’être un moyen de commerce général entre parents et femmes en charge de se promener avec ces enfants. Une habitude adoptée par beaucoup de communautés maliennes et qui est acceptée de tous. Si dans le temps, cette situation ne causait pas de problèmes pour le bien-être des enfants, aujourd’hui, les enfants sont devenus des objets de commerce de tous genres, tout au long de la journée, pour prendre des offrandes et quémander de l’argent. Force est de constater que de nos jours, le phénomène est devenu un fond de commerce pour certaines personnes qui n’hésitent pas à prendre deux enfants de même âge, loin d’être des jumeaux, pour mendier sur voies publiques, laissant apparaître un Etat de misère. Le nouveau type de commerce a pris en otage le Code de la route pour les usagers qui s’en soucient.
Cet acte inhumain doit normalement être sanctionné par la loi, parce que s’inscrit dans le cadre de l’exploitation des enfants. Conséquence : les enfants sont ‘’étalés’’ aux abords des voies et occupent désormais tous les coins stratégiques de la capitale, sous le soleil, la pluie, pour avoir de l’argent. Beaucoup d’enfants, grandissant dans de telles conditions, deviennent des bandits. Car, ils ne reçoivent ni éducation, ni santé, encore moins protection.
Source : Le Dénonciateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *