Dialogue national inclusif : ‘’Le Haut Conseil Islamique participera …. ‘

Tout en déplorant l’exclusion de ses démembrements lors des phases régionales, le président Chérif Ousmane Madani Haïdara a déclaré que le Haut Conseil Islamique du Mali participera pour autant au reste du processus du dialogue national inclusif. Il a tenu ces propos samedi dernier à la faveur d’un point de presse.
«Je tiens à préciser que mon intervention ne vise nullement à nuire au bon déroulement du dialogue. Elle ne vise pas non plus à retirer le groupement du dialogue. Nous avons constaté après la phase déconcentrée du dialogue au niveau des communes et des cercles que beaucoup de nos représentants des communes et cercles n’ont pas été associés. Nous avons reçu des appels de la part de nos membres pour nous informer de leur non-participation mais cela ne veut pas dire que nous sommes contre le processus ou que nous n’allons pas y prendre part. Au contraire, nous sommes partants et nous allons participer sans faute au dialogue national inclusif mais j’insiste sur le fait que, plus l’inclusivité est grande, plus grandes seront les chances de réussite du dialogue », a-t-il tenu à souligner. Car l’objet de la rencontre avec les journalistes était de clarifier ses interventions récentes sur le dialogue national inclusif en cours, lesquelles sont été ’’mal interprétées’’ à ses dires.
Le président du Haut Conseil Islamique a également fait savoir qu’il a reçu plusieurs associations politiques et de la société civile qui ne sont pas satisfaites de l’organisation du dialogue. «Le dialogue fait partie des valeurs de notre société. Aussi, je lance un appel à tout le monde – parti politique, organisation de la société civile- pour une participation effective au dialogue. Je m’adresse également aux organisateurs, surtout au triumvirat, au comité national d’organisation, de faire en sorte que l’inclusivité soit un acquis pour ce dialogue, pour que tout le monde puisse être associé».
Selon Chérif Ousmane Madani Haïdara, le Haut Conseil Islamique envisage d’organiser dans un bref délai une rencontre avec ses démembrements pour élaborer des recommandations et attentes par rapport à ce processus. « Nous avons déjà travaillé auprès des partis, des organisations de la société civile, pour qu’ils acceptent de participer au dialogue. Nous tenons donc à dire que les organisateurs doivent mettre tout en œuvre pour qu’à la phase finale du dialogue, l’inclusivité soit au rendez-vous afin de permettre à notre pays de sortir de la crise qu’il traverse depuis des années ».
Bintou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *