Eau potable et kits de lavage aux couches vulnérables : L’AJCAD et ses partenaires se donnent la main

Partager cet article

En vue de contribuer à la prévention de la pandémie de la Covid-19, l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD), en collaboration avec l’Aide de l’Eglise Norvégienne (AEN), entame une vaste campagne de distribution de kits de lavage des mains et d’eau potable aux couches les plus vulnérables. 

Cette campagne qui s’effectuera pendant 4 mois consiste à doter des ménages et groupements de couches vulnérables de kits de lavage des mains, sensibiliser les populations sur les moyens de prévention de la maladie à Coronavirus (gestes barrières), informer les populations sur les modes de transmission et les méfaits de la maladie à Coronavirus. Ainsi quelque 609 ménages et groupements de couches vulnérables ont été dotés de kits de lavage des mains, 600 kits de lavage des mains seront distribués aux déplacés internes vivant sur les sites de Faladiè, Niamana, Sénou, Zantiguila et autres ménages vulnérables. 9 grands kits seront fournis aux centres d’écoute communautaires hébergeant les jeunes en rupture.

Dans le camp des déplacés de Niamana, Fouga, une citerne a déchargé dans la matinée du lundi, 3 000 litres d’eau au profit de 38 familles déplacées venues de la région de Mopti, cercle de Bandiagara. Cette donation a été appréciée à sa juste valeur par les bénéficiaires qui n’ont pas caché leur joie. «Nous sommes vraiment ravis de ce geste, parce que l’accès à l’eau potable nous est difficile. Sans eau, il n’y a ni propreté, ni santé. Nous vous en sommes reconnaissants, car nous manquons d’eau depuis un bon moment. Avant, les ONG venaient régulièrement nous ravitailler en l’eau mais maintenant on est obligé de l’acheter. Nous vous remercions et vous réitérons notre appel à multiplier ce genre d’initiative, parce que l’eau c’est la vie », a fait savoir Aïssata Bocoum, la présidente des femmes déplacées du site de Faladiè.

Ces activités qui viennent en appui aux actions entreprises par le gouvernement du Mali et d’autres partenaires au développement, visent à renforcer la compréhension de la problématique par les populations, notamment la clarification des mythes autour de la maladie.

Cette initiative de l’AJCAD et de ses partenaires se justifie par le fait que la non maîtrise du virus appelle à une responsabilité collective de l’ensemble des citoyens et des gouvernants pour une meilleure gestion de la situation. Le représentant des déplacés, Ali Traoré, a lancé un cri de cœur aux autorités à leur venir en aide pour leur permettre d’améliorer leurs conditions  extrêmement dures : «Nous n’avons rien, nous n’avons pas d’argent, pas de travail, nous sollicitions donc les autorités et les personnes de bonne volonté de nous venir en aide» a-t-il dit. Avant de remercier la jeune association pour sa belle initiative.

Bintou Diarra

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site réalisé et hébergé par: Oxadel
Montrer les boutons
Cacher les boutons