Elections communales en Commune I : L’URD attaque la liste RPM-ADP/MALIBA

photo-timothe-01Les piques des partis s’ouvrent par la requête de la liste de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) contre la liste RPM-ADP/Maliba en commune I dans le cadre des élections communales du 20 novembre prochain.
Le mandataire du parti de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Timothé Dacko, a introduit une requête contre la liste RPM-ADP Maliba pour violation de la loi électorale par rapport à la constitution des listes de candidature.
En la matière, que dit la loi ? L’article 196 de la loi électorale n°06-044 du 04 septembre 2016 modifiée par la loi n°2011- 085 du 30 décembre 2011 et la loi n°2013-017 du 21 mai 2013, stipule que : « Les conjoints, les ascendants, les descendants, les frères, les sœurs appartenant à un même parti ou figurant sur la même liste de candidats ne peuvent être simultanément membres du même conseil communal ».
C’est sur cette base juridique que l’URD a fait recours au service d’un huissier du bureau d’étude Maître Adama Diakité, pour constater les faits. Selon le requérant, c’est lors de la publication de la liste électorale par le Gouverneur du District dans le cadre des élections communales du 20 novembre prochain qu’il a été surpris de constater que sur la liste d’alliance RPM-ADP/MALIBA, les candidats Sory Ibrahim Coulibaly et Fatoumata Coulibaly sont tous issus des mêmes parents à savoir Aly Coulibaly et Djouma Coulibaly tel qu’il ressort des différents casiers judiciaires.
Le document de constat de l’huissier dont nous détenons une copie, atteste que le sieur Sory Ibrahim Coulibaly et la dame Fatoumata Coulibaly, nés des mêmes géniteurs, se retrouvent sur la même liste de candidats occupant respectivement la 4ème et la 45ème position.
Dans sa requête, Timothée Dacko, le mandataire du parti de la poignée des mains en commune I, sollicite le président du tribunal de statuer sur le mérite de la requête en annulation de la dite liste.
C’est dire que la liste RPM-ADP/Maliba est menacée d’annulation si la loi est dite. Une angoisse dans le camp du parti présidentiel, le RPM, qui avait perdu les élections législatives face à la liste CODEM-CNID en 2013.
Modibo Fofana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *