Gouvernorat de la région de Mopti : Le grand retour du Général Sidi Touré

Spécialiste du renseignement, le Général de Brigade Sidi Alassane Touré, signe son grand retour avec sa nomination au poste de Gouverneur de la région de Mopti par le conseil des ministres du mercredi 23 août. Ancien Directeur Général de la Sécurité d’Etat, le Général Touré est présenté comme un homme du sérail.
Le conseil des ministres du 23 août a nommé au poste de Gouverneur de la Région de Mopti le Général de Brigade Sidi Alassane Touré. Il succède à un autre haut gradé, Colonel Sidiki Samaké, qui rejoint la Cité des Askia en remplacement de Seydou Traoré, au cœur d’un vaste mouvement de contestation de la part de la société civile.
Ancien Directeur de la Sécurité d’Etat sous la transition, le Général Sidi Alassane Touré, emprisonné puis blanchi dans l’affaire dite des bérets rouges, signe ainsi son grand retour. Cet expert du renseignement est appelé au chevet d’une région infectée et infestée par des éléments terroristes.
Natif de Niafounké, dans la région de Tombouctou, il est décrit par notre confrère Modibo Naman Traoré comme un homme affable, courtois et discipliné qui incarne à lui seul toutes les qualités inhérentes à un agent du renseignement.
Depuis sa sortie de l’EMIA de Koulikoro en 1996, le chef de l’exécutif de la 5ème région administrative du Mali, Officier d’escadron blindé, ne s’occupe que du renseignement. De 1998 à 2001, il est Officier de sécurité à l’Etat-major général des armées. En 2001, il est nommé chef du bureau d’exploitation du renseignement de l’Etat-major général des armées. Le jeune brillant officier gagne du galon en devenant, en octobre 2008, le responsable du service de renseignement des armées, connu sous le vocable de 2ème bureau. Et cela, après trois années passées comme chef de la cellule antiterroriste de la Direction de la Sécurité militaire du Mali.
L’ex-patron de la puissante Direction générale de la Sécurité d’Etat a fréquenté de prestigieuses écoles du renseignement telles que le Centre d’initiation au renseignement militaire d’Egypte et le Cours supérieur d’Etat-major de Fort Leavenworth du Kansas aux Etats-Unis d’Amérique.
Le Général Sidi Alassane Touré a suivi plusieurs stages de formation ou de perfectionnement. On peut citer entre autres le Cours élémentaire international d’officier de renseignement, Fort Huachacu en Arizona aux USA, le Cours sur les Affaires civiles à Fort Bragg en Caroline du nord, aux USA, la formation en renseignement opérationnel du programme américain délocalisé, tenue à Bamako en janvier et février 2005, la formation en renseignement stratégique et opérationnel au centre d’entrainement de renseignement militaire, DIA Booling AFB, Washington DC et enfin le Cours des observateurs militaires des Nations-Unies à l’école des opérations de paix de Amersfoort au Pays-Bas.
Le choix porté sur lui pour administrer une région en proie à une insécurité ambiante en dit long sur la détermination des plus hautes autorités à prendre à bras le corps la question du centre. Le Général Touré doit donc savoir mettre ses expériences et ses compétences stratégiques au service de la nation pour appréhender la question.
Chiaka Doumbia
Source : Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *