Grand rassemblement du 5 juin 2020 : Le ‘’peuple malien’’ demande la démission d’IBK et de son régime

Sous un soleil de plomb, une marée humaine s’est retrouvée à la Place de l’Indépendance le vendredi 5 juin 2020 pour demander à IBK de démissionner.

Le fait qui rend inédit le Grand rassemblement du 5 juin 2020 est qu’il a été initié par les Forces patriotiques du Mali – la Coordination des Mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko, Espoir Mali Koura et le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie –  pour demander au Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, de rendre sa démission.

Les pancartes brandies et les banderoles déployées exprimaient les griefs, colères, frustrations des manifestants : ‘’Non à la partition de notre pays ! ‘’, ‘’Non à la baisse du prix du coton et l’augmentation du prix des engrais!’’ ‘’Non à la mauvaise gouvernance et au népotisme !’’, ‘’Espoir Mali Koura réclame la démission de toutes les institutions !’’, ‘’IBK et Karim, dégagez !’’, ‘’ IBK, démissionne !’’ ‘’Libérez les prisonniers politiques !’’, ‘’Non à la Katiba de la SE !’’, ‘’Libérez Soumaïla Cissé !’’, ‘’Où est Soumaïla ?’’, ‘’ce régime est un coronavirus pour le Mali !’’, ‘’7 ans de corruption’’, ‘’Wati sera, IBK dégage !’’, ‘’Non au diktat du mensonge !’’

Le Coordinateur des Mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahamoud Dicko, Issa Kaou Djim, a souhaité la bienvenue avant d’appeler à l’union sacrée pour le sursaut national. Il a rappelé que le rassemblement des forces patriotiques est né de l’impérieuse nécessité de conjugaison des forces, compétences et énergies pour sauver le pays. A ses dires le Président de la République, est responsable de la disparition de l’Honorable Soumaïla Cissé à cause de son incapacité à sécuriser le processus électoral. Aussi, en appelle-t-il à sa démission. ‘’Qu’IBK quitte le pouvoir !’’, a-t-il lancé sous les ovations de l’assistance. « On n’est plus dans les petits arrangements. Il va partir et partira !» C’est un combat pour la démocratie.

Le Président intérimaire du Front pour la Sauvegarde de la démocratie (FSD), Choguel Kokala Maiga, a mis en relief les risques de partition du pays sous le magistère d’IBK. Pour lui, un gouvernement incapable d’assurer la sécurité, l’éducation, la nourriture et les soins de santé n’est pas un gouvernement légitime. Aussi, il déplore la baisse du prix des engrais à 200 FCFA et la hausse de celui des intrants agricoles (engrais) à 18. OOO FCFA à cause de l’arrêt de la subvention des engrais. Au même moment où les pays  comme la France et l’Amérique injectent des milliards pour sauver leurs économies.

Comparant le Président de la République à un chauffeur, il a évoqué la nécessité de lui retirer son permis de conduire du véhicule Mali, après moult accidents, la seule façon d’éviter le pire.

Pour le compte du Mouvement Espoir Mali Koura, le Prof Clément Dembélé, a tenu à donner des assurances à la communauté internationale. Contrairement à certaines allégations, le regroupement des forces patriotiques n’a pas pour finalité d’instaurer une république islamique. « Le Mali est un pays laïc. Il restera un pays laïc», a-t-il promis.

Le Président de Espoir Mali Koura, Cheick Oumar Sissoko, a invité les jeunes, qui pour lui sont le présent et l’avenir du pays, à rester vigilants et à se dresser   contre tout pouvoir qui se détourne des aspirations profondes du peuple, comme ce fut le cas en mars 1991.

Me Mountaga Tall, Konimba Sidibé, Moussa Sinko Coulibaly et Oumar Mariko, se sont succédé au pupitre pour dénoncer la gouvernance et appeler à la démission du chef de l’Etat.

De façon solennelle, l’imam Mahmoud Dicko a présenté ses excuses (et celui du Chérif de Nioro) au peuple du Mali pour avoir appelé à voter IBK en 2013. Pour lui, il s’agit de sauver la patrie, le Président de la République IBK est éphémère, mais le pays est eternel.

Dans une déclaration lue par Prof Salikou Sanogo, les organisateurs ont lancé un  ultimatum au Président de la République de démissionner avant 18 heures ce vendredi 5 juin au risque de voir le peuple prendre ses responsabilités. L’ultimatum a expiré depuis et on attend de voir.

 

Cheick O. Sissoko coache les jeunes !

Le doyen Cheick Oumar Sissoko a donné son temps de parole aux jeunes du mouvement Espoir Mali Koura qu’il coordonne. Parce que la jeunesse, pour lui, constitue à la fois, le présent et l’avenir du pays.

A.Sidiki Sangaré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *