Grève d’un Collectif d’Enseignants : La section Enseignement : Secondaire du SNEC se désolidarise

Le Bureau Exécutif de la section nationale du Syndicat National de l’Education et de la Culture (SNEC) se désolidarise du mouvement de grève lancé par un collectif de syndicats d’enseignants. Raison invoquée : l’entêtement de certains de leurs collègues à aller jusqu’au bout de leur logique de nuire à tout prix à l’école malienne malgré les avancées enregistrées lors des dernières négociations.bartelemi-01
La section Enseignement Secondaire du SNEC a, dans la lettre n°11 en date du vendredi 2 décembre 2016 adressée à Monsieur Tièmoko DAO, porte-parole des syndicats de l’Education signataires de l’accord du 15 octobre 2016 dont le Ministère de l’Education Nationale a été fait ampliateur, regretté que malgré les énormes sacrifices consentis lors des négociations de la semaine dernière, certains de ses collègues persistent dans l’application de la politique du « tout ou rien ». Pour le SNEC, cette politique ne saurait faire avancer les débats qui d’ailleurs, ont révélé « que les parties étaient presque parvenues à une solution acceptable et honorable pour tous ». Hélas une partie des syndicats a préféré maintenir le mot d’ordre de grève. D’où le niet du SNEC qui se désolidarise du mouvement, faute de parvenir à un consensus honorable pour la coalition.
Pour matérialiser son refus de suivre ses collègues “jusqu’auboutistes”, le SNEC a fait un communiqué télédiffusé pour inviter ses militants à rester en classe. Un véritable pied-de-nez au collectif qui vient de voir son mouvement affaibli.
Les mises en garde du Ministre TOGO
Le collectif de syndicats signataires du 15 octobre 2016 observe, depuis lundi, un arrêt de travail de 5 jours suite à un préavis de grève déposé sur la table du gouvernement le 17 novembre dernier. Ce préavis porte sur les revendications suivantes :
1-L’adoption d’un statut autonome de l’enseignant,
2-L’harmonisation des salaires des enseignants maliens sur ceux de la sous-région,
3-L’adoption d’une carte scolaire à l’enseignement fondamental, secondaire et la construction d’écoles publiques,
4-La généralisation du curriculum, la prise de mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre de l’APC et la réintroduction de l’examen d’entrée en 7ème A,
5-Le respect strict des textes régissant la mutation,
6-L’augmentation de l’indemnité de responsabilité pour les enseignants des catégories A, B et C
Dans le cadre de la gestion de cette crise, la partie gouvernementale a engagé des négociations qui ont abouti à la satisfaction des points de revendication n°1 et 2. Le point n°3 a fait l’objet d’accord partiel. Les points de désaccord restent les revendications n°1, 2 et 6.
Sur le point de revendication n°1, les syndicats exigent l’adoption d’une grille propre aux enseignants en leur accordant les avantages suivants : une prime de documentation de 100.000 FCFA pour le secondaire et 75.000 FCFA pour l’enseignement fondamental ; une prime d’enseignement de 75.000 FCFA pour l’enseignement secondaire et 50.000 FCFA pour l’enseignement fondamental. La partie gouvernementale a rappelé aux syndicats les différentes évolutions qu’a connues le statut des enseignants de 1983 à 2003.

Sur le point n°2, les syndicats exigent un indice plafond de 3.500 F pour l’enseignement secondaire et 2.500 F pour l’enseignement fondamental. La partie gouvernementale a précisé qu’il n’existe pas de salaire de la sous-région, tout en rappelant que la politique salariale d’un pays repose sur le PIB qui varie d’un Etat à un autre.
Sur le point de revendication n°3, les syndicats estiment que le nombre d’écoles publiques au niveau des enseignements fondamental et secondaire est insuffisant. La partie gouvernementale a tout d’abord rappelé que l’élaboration de la carte scolaire est une compétence transférée aux collectivités territoriales (CT) et que les CT bénéficient à cet effet de l’appui-conseil des services déconcentrés du Ministère de l’Education.
Sur le point de revendication n°6, les syndicats exigent une amélioration de l’indemnité de responsabilité pour les enseignants : 100.000 FCFA pour l’enseignement secondaire et 75.000 FCFA pour l’enseignement fondamental. La partie gouvernementale a rappelé que l’indemnité de responsabilité est liée à la fonction. A cet effet, l’Etat a fixé la liste et les catégories d’agents habilités à percevoir cette indemnité suivant le décret n°2014-083/P-RM du 10 novembre 2014, modifié. Malgré l’observation de ce principe général, l’Etat a consenti au personnel enseignant une indemnité spéciale de responsabilité. A titre de comparaison, les agents des catégories A et B du secteur des Arts, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports perçoivent respectivement 15.000 FCFA et 12.500 FCFA d’indemnité spéciale de responsabilité contre 58.000 FCFA et 41.000 FCFA dans le secteur de l’Education.
Malgré les propositions de solutions faites par la partie gouvernementale, la forte implication des conciliateurs et l’engagement personnel du Ministre de l’Education Nationale qui a reçu le collectif, les syndicats ont décidé de maintenir leur mot d’ordre de grève.
Face à cette situation, le Ministre a rencontré le lundi 5 décembre 2016, l’ensemble de ses collaborateurs des services centraux et déconcentrés de l’éducation pour leur tenir un langage de fermeté. Il s’agit pour les responsables des administrations scolaires, de tout mettre en œuvre pour identifier les grévistes et proposer aux gouverneurs de régions une retenue sur leurs salaires. Le Ministre a été, on ne peut plus clair, sur la question : « la grève est un droit syndical reconnu, mais la Loi est aussi claire en la matière : qui va en grève renonce au paiement du salaire des jours de grève observés ». Et le ministre d’inviter ses collaborateurs à l’application stricte de ces consignes. Tout contrevenant pourrait s’exposer à des sanctions disciplinaires et les agents qui ne peuvent pas faire respecter la consigne sont priés de rendre le tablier.
Cellule de Com. MEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *