Journée Africaine de la Technologie et de la Propriété Intellectuelle : Les Technologies vertes comme alternatives au changement climatique

Le Ministère du Développement Industriel, à travers le Centre Malien de Promotion de la Propriété Industrielle (CEMAPI), a célébré, le 15 septembre dernier la 17ème édition de la Journée Africaine de la Technologie et de la Propriété Intellectuelle sous le thème : « Propriété intellectuelle et technologies vertes ».technologie-01
Le 13 septembre de chaque année, est célébrée la Journée Africaine de la Technologie et de la Propriété Intellectuelle pour commémorer la création de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). Au Mali, les activités de la 17ème édition de cette journée se sont déroulées le 15 septembre dernier, au Conseil National du Patronat sous la présidence du Ministre du Développement Industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim qui avait à ses côtés le Secrétaire général du Ministère du Commerce, Sidy Mohamed Ag Ichrach. L’objectif général de cette journée est d’informer et de sensibiliser les chercheurs scientifiques, les inventeurs, les décideurs politiques et les opérateurs économiques sur l’importance de la propriété intellectuelle dans le développement des énergies propres, afin de promouvoir les inventions et les innovations technologiques respectueuses de l’environnement au Mali. Pour la Directrice du CEMAPI, Mme Konaté Sountou Diawara, le choix de ce thème répond à la nécessité de prendre en compte les réalités du changement climatique, un défi majeur pour toute l’humanité. Les technologies vertes peuvent apporter une contribution inestimable à la lutte contre les effets néfastes du changement climatique.
Selon le Ministre du Développement Industriel, « Les technologies vertes contribuent à l’amélioration de la qualité de l’environnement par la réduction des rejets toxiques dans l’air, dans l’eau ou dans le sol, par l’économie de ressources, l’utilisation de ressources renouvelables ». L’économie verte, a-t-il souligné n’est pas une alternative de luxe mais une nécessité pour le développement économique et social de l’Afrique. « Notre continent dispose d’abondantes ressources naturelles, telles que l’eau et les sources d’énergie renouvelables. Par conséquent, à la différence des technologies traditionnelles, elles devraient avoir toutes les chances intactes en matière de technologies vertes, aidées en cela par les immenses ressources biologiques et les savoirs traditionnels qui continuent à faire l’objet de pillage, faute d’une exploitation modernisée », a fait savoir le ministre. Il est convaincu que le développement de la technologie, fondement de la croissance économique deviendra une réalité au Mali avec les potentialités de notre pays et surtout la ferme volonté des hautes autorités politiques.
Au cours de cette journée, trois thèmes ont été développés : « Les éléments de la Propriété Intellectuelle » ; « La Propriété Intellectuelle et les technologies vertes » et « Présentation des inventions de technologie verte : les expériences de six inventeurs de technologie verte brevetée au Mali ».
C D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *