Journée de l’Industrialisation de l’Afrique : Redonner le dynamisme attendu au secteur

Le Mali, à l’instar des autres pays de la communauté internationale, a célébré le 20 novembre, la Journée de l’Industrialisation de l’Afrique. La cérémonie d’ouverture s‘est déroulée le samedi dernier, au Parc des Expositions de Bamako sous la présidence du Premier ministre Modibo Keita, Chef du gouvernement, en présence de Cyril Achcar, président de l’OPI et du Ministre du développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim.journee-de-lindustrialisation-01
La Journée de l’Industrialisation décrétée par les Nations-Unies, permet d’aborder les problèmes liés au développement industriel durable et d’évaluer les stratégies d’atteinte des objectifs visant à faire des africains des partenaires égaux dans ce domaine. L’objectif visé par cette journée était d’inciter les pays à s’engager davantage dans le processus industriel au niveau mondial et de mobiliser l’appui international en faveur du développement industriel de l’Afrique. Cette journée est aussi l’occasion pour notre pays, de s’interroger sur les solutions de lancer ou de relancer sa politique industrielle.
Le président de l’Organisation Patronale des Industriels (OPI), Cyril Achcar, dans son intervention, s’est indigné de la marginalisation de ce secteur qui ne compte que 5% du PIB de la manufacture au Mali contre 15 % pour le Sénégal et 19 % pour la Côte d’ivoire. Et d’indiquer qu’aucun pays ne pourra prétendre à l’émergence sur la base de l’agriculture seulement ou les services de commerce uniquement. Pour que le décollage économique puisse être réalisé, le président de l’OPI a jugé nécessaire que les opérateurs économiques s’investissent dans l’industrie et créent des meilleures conditions pour entrer dans le paysage industriel. L’application des clauses libératoires des accords de libre-échange UEMOA-CEDEAO, pour permettre de protéger le secteur industriel est une nécessité. Après son discours, Cyril Achcar a remis des tableaux portant des citations de l’ancien président de l’OPI au Premier ministre Modibo Keita. Pour le ministre du développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, la création récente d’un département dédié au développement de l’industrie est une illustration éloquente de l’engagement des plus hautes autorités dans le domaine industriel. Il a précisé que le Mali est l’un des principaux producteurs de coton à l’échelle de la planète, pourtant c’est seulement une quantité de 2% de cette denrée qui connaît localement une sommaire transformation industrielle. « Notre pays est fiché comme étant le plus grand importateur de l’UEMOA, cette dépendance de l’extérieur est une posture inacceptable, parce que tout simplement nous disposons de fabuleuses opportunités qui doivent nous permettre de produire les biens que nous consommons », déplore le ministre.
Le Chef du gouvernement, Modibo Kéïta, a affirmé que l’industrialisation est une filière importante dans l’économie malienne et c’est pour cette raison, que le Président de la République a créé un département pour relancer le secteur.Il a ensuite procédé à la coupure du ruban symbolique suivie d’une visite de stands.
A noter qu’au cours de la cérémonie, l’assistance a eu droit à une projection sur la présentation des entreprises industrielles et les partenaires de la journée de l’industrialisation de l’Afrique.
B D, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *