La France va ajuster ses opérations extérieures au Levant et au Sahel

La France va ajuster ses opérations extérieures au Moyen-Orient ainsi qu’au Sahel, alors que ses armées sont engagées sur de multiples fronts, affirme le chef d’état-major des Armées, le général François Lecointre, dans un entretien auJournal du Dimanche.

“Sur Barkhane (force anti-djihadiste française de 4000 hommes déployée dans le Sahel, ndlr), je vais intensifier le soutien à nos partenaires du G5 Sahel pour qu’ils deviennent plus autonomes (…) en essayant de réduire autant que possible mon empreinte au sol”.

Le G5 Sahel, qui regroupe cinq pays de la région (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Tchad et Niger) a récemment créé une force militaire conjointe aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, une zone très instable devenue un foyer pour les groupes extrémistes.

Cette force, qui a mené début novembre sa première opération, bénéficie d’un important appui militaire de Barkhane.

«L’Etat islamique est en train d’être défait»

Par ailleurs, “au Levant, où nous sommes très engagés (avec l’opération Chammal, ndlr), nous entrons dans une nouvelle phase”, alors que le groupe djihadiste Etat islamique (EI), “en tant que proto-Etat maîtrisant des territoires et des ressources liées au pétrole et au gaz, est en train d’être défait”, rappelle le général Lecointre.

“Je vais étudier comment rester efficaces, mais au moindre coût possible”, assure-t-il en évoquant “plein d’options possibles, plein d’acteurs également”, comme “la coalition actuelle, l’Union européenne, l’ONU ou l’OTAN”.

Dans la zone irako-syrienne, l’opération Chammal lancée en septembre 2014 est essentiellement aérienne, avec l’engagement de huit chasseurs-bombardiers Rafale basés en Jordanie et six autres aux Emirats arabes unis (EAU). Elle comprend également un volet terrestre, avec l’engagement de canons Ceasar (camions équipés d’un système d’artillerie).

Arbitrages budgétaires en cours

Les coupes budgétaires imposées aux armées en 2017 avaient provoqué une crise entre le président Emmanuel Macron et l’ex-chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, qui a démissionné en juillet.

“La grandeur de notre pays et son rang dans le monde tiennent aussi à sa capacité à contraindre sa dette. Mais la souveraineté a un prix, et la sécurité des Français nous oblige”, souligne dans le JDD le général Lecointre au sujet des arbitrages budgétaires en cours.

“Si nous obtenons les ressources prévues, nous aurons les moyens de consolider nos armées et de faire face aux engagements”, assure le successeur du général de Villiers.

Toutefois, prévient-il, “je ne crois pas qu’on puisse soutenir un volume élevé d’opérations extérieures tout en consolidant nos armées avant d’accélérer leur modernisation”.

Le Figaro.fr avec AFP
Source: Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *