La responsabilisation, moteur de l’efficacité

Partager cet article

Depuis la prise de fonction d’Abdel Karim Konaté comme nouveau Président Directeur Général de l’Office du Niger, le lundi 17 février 2020, l’entreprise évolue à un rythme accéléré. Comme s’il était nostalgique des conseils de cabinet qui se réunissent tous les mardis au sein des départements ministériels, Abdel Karim Konaté, qui a été ministre six années de suite – de 2012 à 2018 – a institué un Conseil de direction hebdomadaire à l’Office du Niger. Mais, on réalisera très vite qu’aucune nostalgie n’a présidé à cette initiative, plutôt un souci d’efficacité et de gestion rationnelle des hommes et de l’entreprise.

Chaque lundi, le PDG réunit ainsi tous les cadres de la Direction Générale (directeurs spécialisées, chargés de mission, responsables des services rattachés, le point focal des directeurs de Zones et le responsable du syndicat) autour de lui afin d’examiner les dossiers en instance ainsi que ceux en perspective. Grâce à cette démarche, Abdel Karim Konaté a remobilisé des compétences en ‘’hibernation’’ : elles ne se sentaient pas associées à la marche quotidienne de l’entreprise qui leur accordait pourtant les avantages dus à leur rang sans valoriser leurs qualités professionnelles.

Aujourd’hui, des anciens Directeurs Généraux Adjoints, des anciens Directeurs spécialisés ont repris le collier. Tous se sont vus attribuer des tâches à exécuter, des dossiers à gérer afin de créer une synergie d’actions propres à insuffler une nouvelle dynamique à l’Office du Niger. C’est dans cette optique que des dossiers traitant des rapports de l’Office du Niger avec des sociétés comme Covec, N’Sukala, Sukala, Somagep, Malibya, pour ne citer que celles-ci, ont été confiés à des Chargés de mission. Des Directeurs spécialisés ont vu leurs missions renforcées par l’adjonction de dossiers supplémentaires à superviser : la situation des contrats de location des bâtiments et des impayés, le plan de carrière, les aménagements, la contre-saison, la situation des baux, la sécurisation du pont-barrage de Markala, l’ouvrage principal pour l’irrigation de tous les systèmes d’aménagement en zone Office du Niger, etc…

Dans les 7 zones de production (Kolongo, Ké-Macina, Niono, Molodo, N’Débougou, Kroumari et M’Béwani), le PDG a invité ses collaborateurs à systématiser les démarches participatives avec les paysans, les notabilités, les élus locaux ainsi qu’avec les représentants de l’Etat. Il les a, par conséquent, instruit de rendre publiques toutes les actions qu’ils entreprennent dans le cadre du service mené par l’Office du Niger au nom des producteurs. C’est ainsi que, lors de sa visite de prise de contact avec les producteurs et l’encadrement du 10 au 12 mars 2020, chaque Directeur de zone a expliqué à son tour à l’assistance ce qu’il est en train d’entreprendre, chiffres à l’appui, dans le cadre du Programme d’Entretien Annuel (PAE) pour la bonne réussite de la campagne agricole 2020/2021.

Une première dans les annales de l’histoire de l’Office du Niger. Cette démarche peut être expliquée par la volonté forte du nouveau PDG de réinstaurer un climat de confiance entre l’Office du Niger et les exploitants agricoles. Les enjeux sont, en effet, importants car plus de six milliards de FCFA seront investis, cette année, dans les travaux d’entretien.

Aussi, Abdel Karim Konaté a invité les exploitants agricoles et l’encadrement à s’assumer pleinement (paiement à temps de la redevance-eau, respect de l’intégrité des infrastructures et des canaux d’irrigation, engagement accru de l’encadrement auprès des producteurs) afin que l’Etat puisse jouer pleinement sa partition. C’est cette synergie qui façonnera le nouveau visage à l’Office du Niger.

Alassane DIARRA

Chef Service

Communication de l’Office du Niger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site réalisé et hébergé par: Oxadel
Montrer les boutons
Cacher les boutons