L’Association des Chasseurs du Mali en conclave : Diawoye Traoré réélu pour un mandat de cinq ans

Le 5ème congrès de l’Association Nationale des Chasseurs du Mali (ANACMA) a  connu son épilogue le mardi 4 avril 2017 au Palais de la Culture Amadou Hampâté Ba sous le thème : ‘’Insécurité au Mali, quel apport pour les chasseurs’’. Ce congrès a enregistré la participation des délégués venus de beaucoup de régions du Mali ainsi que des invités de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Benin, de la Guinée Conakry, etc.

Ils étaient nombreux, les chasseurs du Mali à participer à ce 5ème congrès de l’ANACMA. Au cours de cette rencontre, les chasseurs ont échangé sur plusieurs thèmes dont, entre autres, la cohésion au sein de l’Association, son rôle dans la sécurité des personnes et leurs biens.

Ce 5ème congrès a vu le renouvellement du bureau de l’association. Ainsi, l’ancien secrétaire général, Diawoye Traoré, a été réélu à la tête d’un bureau de 90 membres dont 30 membres d’honneur pour un nouveau mandat de 5 ans.  Selon le Secrétaire général, le premier travail de ce bureau sera non seulement de mener une série d’activités de sensibilisation auprès de l’ensemble des chasseurs du Mali, mais aussi d’initier des sessions de  formation à l’intention de tous les membres de l’ANACMA. « L’une de nos priorités sera d’interpeler nos membres qui sont dans les régions, cercles et arrondissements pour les amener à s’associer aux forces de défense et de sécurité en vue d’assurer la sécurité des populations. Nous envisageons aussi de travailler aux côtés des Eaux et Forêts afin d’assurer la protection des forêts. Pour ce faire, nous comptons sur l’appui du gouvernement. Je souhaite que d’autres associations acceptent de se joindre à nous pour le combat de la paix», a-t-il dit.

A la cérémonie d’ouverture, le Secrétaire général du Ministère de la Culture, Antogoli Guindo, avait affirmé que la tenue de ce congrès dénote du bon fonctionnement des instances de l’Association des Chasseurs du Mali. A l’en croire, la confrérie des chasseurs est une vieille organisation qui relève d’un passé lointain depuis le pacte sacré “kontron ni Sané”. « Je voudrais encore une fois vous saluer et vous féliciter pour les efforts inlassables que vous déployez pour le Mali. Nous savons que votre seule détermination est de préserver cet héritage culturel que nous tenons de nos ancêtres. Monsieur le Président de l’ANACMA, je voudrais aussi, au nom de Madame le Ministre de la Culture, vous rassurer que la confrérie des chasseurs constitue l’un des éléments majeurs de notre patrimoine culturel », avait-il déclaré.

Catherine Tounkara & Fousseni  Sogoba, stagiaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *