Le Programme d’Action du Gouvernement débattu ce lundi au Conseil national de Transition : Le PM Moctar Ouane attendu de pied ferme !

Après la lecture du Plan d’action de son gouvernement, le vendredi 19 février 2021, devant le Conseil national de transition, le Premier ministre Moctar Ouane répond, ce lundi 22 février, aux questions de ses membres. Lesquels l’attendent semble-t-il de pied ferme pour savoir s’ils doivent au terme de l’exercice adopter ou rejeter le document décliné en six (6) axes, vingt trois (23) objectifs, adossés à deux cent soixante quinze (275) actions à évaluer à travers 291 indicateurs.

Le Premier ministre Moctar Ouane a présenté, le vendredi 19 février 2021, le Plan d’action de son gouvernement –PAG – devant le Conseil national de Transition (CNT). Les membres du CNT attendent le locataire de la Primature de pied ferme pour en débattre, selon toute vraisemblance. A cet égard, ils demanderont ce lundi une kyrielle de précisions au chef du gouvernement qui doit les rassurer.

L’exercice auquel le premier ministre, Moctar Ouane, se soumet devant le CNT est inédit. Car il est rare qu’un gouvernement de transition présente son plan d’action devant l’organe législatif. Sa présence au CNT entre donc dans le cadre «du renouveau de la gouvernance qui impose une obligation de planification de l’action publique ainsi que le double devoir de transparence dans la gestion des affaires de la cité et de redevabilité», a déclaré le chef du gouvernement.

Le PAG est un ensemble cohérent d’actions qui vise à atteindre, dans un horizon précis, des objectifs définis, avec des moyens identifiés dans le respect du temps imparti et des équilibres macroéconomiques et financiers. A l’en croire, cet ensemble cohérent d’actions vise à atteindre dans un horizon précis, des objectifs définis avec des moyens identifiés dans le respect du temps imparti et des équilibres macroéconomiques et financiers. Avec ses six (6) axes, la mise en œuvre de ce Plan d’action, a-t-il précisé, contribuera aux réformes politiques et institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie, à renforcer la stabilité des institutions démocratiques et républicaines et à améliorer la gouvernance.

L’axe 1 : « renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national » comporte quatre (4) priorités qui sont la relecture, l’appropriation et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger ; l’accélération du processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des combattants dans le Nord et le Centre du pays ; la dissolution effective de toutes les milices d’auto-défense et le redéploiement les forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national.

S’agissant de l’axe 2 « Promotion de la bonne gouvernance », il est articulé autour de cinq (5) actions prioritaires : la restauration de l’autorité et l’utilité sociale de l’État à travers la fourniture des services sociaux de base ; la promotion de la citoyenneté et le civisme à travers l’éducation et la culture ; le renforcement de la lutte contre l’impunité et accentuer la lutte contre la corruption ; la rationalisation des dépenses publiques en réduisant le train de vie de l’État ; l’audit de la gestion des fonds alloués aux secteurs de la sécurité, de la défense et de la justice dans le cadre des lois d’orientation et de programmation.

Deux actions majeures visent transformer l’éducation dans le cadre de l’axe 3 «Refonte du système éducatif » à travers la négociation d’un moratoire avec les partenaires sociaux de l’éducation en mettant en place un cadre de concertation régulière et l’engagement de la refonte du système éducatif.

Le Premier ministre Moctar Ouane ambitionne à travers l’axe 4 de son PAG de mener des reformes politiques et institutionnelles. Il s’agit essentiellement de parachever le processus de réorganisation territoriale ; de réformer le système électoral en prenant en compte les Maliens établis à l’extérieur ; d’élaborer et adopter une nouvelle constitution et de poursuivre le chantier de la régionalisation.

L’axe 5 va s’articuler autour de l’adoption d’un pacte de stabilité sociale. Une série d’actions à mener comme l’organisation d’une conférence sociale et engager le débat sur les questions de société comme le rôle des autorités coutumières et religieuses, la question de la pratique de l’esclavage ainsi que le statut de la femme ; la relance du dialogue avec les groupes radicaux maliens ; l’engagement du dialogue entre les communautés et acteurs locaux en conflit ; la création des conditions favorisant le retour des déplacés et réfugiés et l’accélération du processus d’indemnisation des victimes depuis 1960.

Le 6è et dernier axe concerne l’organisation des élections générales. Selon Moctar Ouane, tous les moyens seront mis en œuvre pour organiser dans les délais convenus, des élections libres et transparentes afin de doter le pays d’institutions fortes et démocratiques et poser les jalons d’une gouvernance saine plaçant le citoyen au début et à la fin du développement.

Il a promis l’actualisation du fichier électoral, à travers son audit la révision des listes électorales, l’actualisation et la mise en ligne du fichier électoral biométrique, la mise à disposition des cartes d’électeur. Il s’agira de façon spécifique de pourvoir, la mise en place d’un cadre de concertation, l’organisation de débats, la production et la diffusion de magazines et de microprogrammes sur le processus électoral et la tenue des élections et du référendum.

Drissa Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *