Le Qatar déstabilise-t-il le Sahel?

Si l’on en croit le gouvernement tchadien, le petit Emirat gazier serait « continuellement impliqué », depuis la Libye, dans des « tentatives de déstabilisation » de son pays, de ceux des bassins du Lac Tchad et du Sahel. L’information est rendue publique en début de semaine par un communiqué du Ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine. Cette accusation précède des informations incessantes révélant des regroupements de mouvements rebelles tchadiens aux frontières du Soudan et de la Libye.

Depuis 2011, il est dit que le Qatar est la source de la déstabilisation de l’Algérie et financerait le terrorisme au Mali. Ce minuscule pays du monde n’a ainsi cessé d’être indexé comme le principal soutien du mouvement international islamo-terroriste. La France, pour anéantir la Libye de Kadhafi, la Tunisie de Ben Ali, l’Algérie et l’Egypte, fournirait des agents de renseignement et des instructeurs militaires pour prêter main forte. Des révélations du « Canard Enchaîné » allant jusqu’à indiquer, courant juin 2012, que les services secrets français et le renseignement militaire (DRM) recueilleraient des informations qui prouvent qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique et le Mouvement pour la justice en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont reçu des aides financières du Qatar.

L’Emir du Qatar aurait personnellement livré une aide financière aux groupes armés qui avaient, de 2012 à 2013, pris le contrôle des régions nord du Mali. A l’époque, plusieurs sources évoquaient que l’Etat du Qatar aurait des «visées» sur les richesses du sous-sol du Sahel et s’était même mis d’accord avec le « Groupe Total », le géant pétrolier français, pour une exploitation prochaine du pétrole de la région. Cela expliquerait-il la récurrence des attaques terroristes et les rebellions dans la zone soudano-sahélienne depuis 2011 ?

Depuis la chute du guide libyen en 2011, par l’intervention des puissances occidentales avec des fonds certainement qataris, l’ensemble des pays du Sahel se retrouvent plongés dans une déstabilisation chronique. Notre pays, le Mali, paye le plus lourd tribut à cause de la sanctuarisation d’une bonne partie de son territoire par les groupes terroristes narcotrafiquants et rebelles. Une situation amplifiée par les attaques terroristes à répétition dans l’ensemble des pays du Sahel, où la menace terroriste, si rien n’est concrètement fait en urgence, risque de se banaliser.

S’il est vrai que le Qatar se blanchira difficilement d’être pas la source de la déstabilisation des pays du Sahel, force est de reconnaître qu’il n’est pas seul. Les autres pays du Golfe arabo-persique y ont pleinement participé. Pour des intérêts stratégiques, ces pays avaient bien déboursé des sous, au même titre que l’Emirat, pour financer les campagnes militaires occidentales. Notamment en Libye et en Syrie.
Gaoussou M. Traoré
Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *