Le Vérificateur général Amadou Ousmane Touré face à la presse : « Je ne vois pas d’obstacles qu’une mission du BVG puisse contrôler la DFM de la Présidence »

Le Vérificateur général du Mali et l’ensemble de son équipe étaient face à la presse, hier mercredi 18 octobre 2017 pour la présentation du rapport 2015. Comme on doit s’y attendre, les caisses ont encore saigné du fait des délinquants financiers. Il ressort des 23 structures vérifiées par le Bureau du Vérificateur Général (BVG), des manquements de 70,10 milliards FCFA.

Au titre de l’année 2015, le BVG a effectué 16 missions de vérification financière auprès de 23 structures, comprenant une institution de la République, des services de l’Administration centrale y compris des Directions des Finances et du Matériel, des Autorités administratives indépendantes, des organismes personnalisés et des sociétés à participation étatique.

Les domaines et structures ciblés sont : les importations de produits pétroliers (Bureau des Produits Pétroliers de la Direction Générale des Douanes) ; les conventions minières (Direction Nationale de la Géologie et des Mines, Société des Mines d’or de Morila, Société d’Exploitation des Mines d’or de Sadiola, Société d’Exploitation des Mines d’or de Yatéla, Société des Mines d’or de Kalana) ; l’Assistance aéroportuaire (Société d’Assistance Aéroportuaire du Mali) ; le patrimoine immobilier de l’Etat (Ministère du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme, Direction Générale de l’Administration des Biens de l’Etat et Agence de Cessions Immobilières) ; les dépenses électorales (Cour Constitutionnelle, Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de l’Administration Territoriale, Commission Electorale Nationale Indépendante, Délégation Générale aux Elections et Comité National de l’Egal Accès aux Médias d’Etat) ; le fonds d’équipement et le fonds PAGAM (Direction Nationale des Domaines et du Cadastre, Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé du Logement).
Aussi parmi les Directions des Finances et du Matériel vérifiées on note : la Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de la Solidarité, la Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de la Santé, la Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de l’Artisanat, la Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de l’Equipement et des Transports, la Direction des Finances et du Matériel du Ministère chargé de l’Energie et enfin les opérations de dépenses d’établissements publics au niveau de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM).
Dans le rapport 2015, les principales faiblesses dans le contrôle interne sont relatives à l’absence de manuel de procédures pour les activités, à la défaillance dans la supervision des opérations, à l’absence ou la mauvaise application de la comptabilité matière, à la violation des règles essentielles lors des opérations de passation de marchés et au non-respect des règles de cession du patrimoine de l’Etat. En ce qui concerne les irrégularités financières, elle se sont traduites, entre autres, par l’octroi d’avantages indus, au paiement de prestations fictives, à la non application de pénalités de retard, à l’apposition par les titulaires de marchés sur leurs contrats de faux cachets de paiement de droits d’enregistrement et de redevance de régulation, au fractionnement des dépenses et à des importations frauduleuses de carburant.
«Ces manquements ont entraîné des déperditions financières qui se chiffrent à 70,13 milliards de FCFA dont 32,78 milliards de FCFA en fraude et 37,35 milliards de FCFA en mauvaise gestion », déclare M. Touré. Toutefois, le rapport note que sur ces irrégularités financières, des remboursements ont été effectués par les gestionnaires des entités vérifiées, notamment au cours des missions de vérification.
Le BVG a une mission de contrôle, mais n’est pas une autorité judiciaire
Selon le Vérificateur général, la lutte contre la corruption et la délinquance financière constituent une question qui implique tout le monde. Le BVG, dans le cadre de ses attributions, peut contrôler tous les services ou organismes qui reçoivent de l’argent public. « D’ailleurs, il faut faire la part des choses. Les 70,10 milliards FCFA de déperditions financières ne concernent que 23 structures sur près de 500 services ou organismes publics qui reçoivent l’argent public au Mali », a indiqué M. Touré.
Interrogé sur une éventuelle vérification des dépenses à la Présidence de la République, le Vérificateur général en fin de mandat, Amadou Ousmane Touré, a laissé entendre qu’il ne voit pas d’obstacle qu’une mission du BVG puisse contrôler la DFM de la Présidence. « Le jour où le BVG décidera d’aller vérifier la DFM de la Présidence, il ne doit pas y avoir de problème », a-t-il déclaré.
Se prononçant sur la question de l’indépendance du BVG, M. Touré réfute toute idée de corruption ou d’instruction de qui que ce soit. « Nous n’avons reçu aucune instruction d’aucune autorité. Ce serait même une insulte. Nous n’avons jamais reçu d’instruction. Quant à une possible corruption des vérificateurs sur le terrain, cela est impossible au regard de la répartition du travail. Il n’est pas possible pour un vérificateur de prendre des engagements », a commenté le Vérificateur général qui ajoute que « ce n’est pas que des offres ne nous sont pas faites, mais nous résistons à ces tentations et faisons notre travail de manière objective ».
Pour réussir ce combat quotidien contre tous les tentacules que développent les délinquants financiers, le Vérificateur général a sollicité l’accompagnement des medias. C’est pourquoi d’ailleurs, la conférence de presse était couplée avec un atelier sur le thème : Comment exploiter les rapports du BVG. Il s’agissait pour la cellule de communication dirigée par Ismaël Diawara de coaliser ses efforts avec ceux de la presse en vue de construire un obstacle majeur face à la délinquance financière.

Daouda T. Konaté
Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *