Les coulisses

L’imam Oumar Diarra dirige la prière de vendredi

C’est l’imam Oumar Diarra de la CMAS qui a dirigé la prierre de vendredi, Place de l’Indépendance en présence de milliers de fidèles qui ont convergé tôt vers le lieu de rassemblement. Il a livré son sermon en arabe, en langue nationale bamanan et en français. ‘’Nous assistons impuissamment à ce qui se passe dans notre pays’’, ‘’Qu’Allah bénisse le Mali ! Qu’Allah bénisse le Mali ! Qu’Allah bénisse l’Afrique’’, a-t-il conclu.

‘’Non à la Katibade la SE !’’

Parmi les pancartes tenues par les manifestants, il y avait des slogans qui visaient directement les méthodes d’enlèvement de la Direction générale de la Sécurité d’Etat (DGSE). ‘’Non à la Katiba de la S E !’’, ‘’Non aux enlèvements !’’, ‘’Libérez les prisonniers politiques’’ !

Des ‘’tribunes serpent’’

Des manifestants avaient pris position sur le mur du Haut conseil des collectivités et les toits d’autres immeubles situés aux alentours de la Place de l’Indépendance. Des tribunes serpent comme au Stade omnisports Modibo Kéïta. « Il y avait même une tribune Serpent à la manif d’aujourd’hui (pour faire allusion à la colline du Stade omnisports Modibo Keita). Ces spectateurs du Mont Kilimandjaro-là sont-ils des courageux ou des peureux ? », a posté notre confrère Mahamadou Kane de Radio Kledu.

La rumeur de couper le Pont 

Après la prière, une rumeur folle concernant le blocage des deux ponts a failli mettre le feu aux poudres. De nombreux jeunes manifestants avaient commencé à se diriger vers les deux ponts dans le but de les libérer. Certains étaient arrivés au niveau de l’Ensup avant qu’un message tombe pour démentir la rumeur.

Le corbillard était là !

Quand un corbillard d’une des mosquées de Sabalibougou est venu déposer un groupe de femmes voilées avec des foulards rouges, cela a suscité la curiosité de l’assistance. Les gens se sont rapidement regroupés autour du véhicule.

Des ‘’dwaw’’ pour Soumaïla

Après son intervention, l’imam Mahmoud Dicko est revenu implorer le Tout puissant pour la libération de Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars 2020 dans le cercle de Niafunké alors qu’il était en campagne pour les législatives. Il a aussi lancé un appel à ses ravisseurs.

Panique à Sébénikoro ?

Après 18 heures, une foule de manifestants s’est dirigée vers la résidence d’IBK à Sebenikoro pour exiger sa démission. Au niveau du marché de Djicoroni-Para, des manifestants ont  lancé des projectiles contre les forces de l’ordre qui ont rebroussé chemin. Des échauffourées les ont opposés près de la gare routière de ce quartier. Ici, de la fumée des lacrymogènes, des trombes d’eau chaude. Là, des pneus brûlés et des barricades sur la voie publique. Un véhicule de Garde présidentielle se renverse dans le caniveau. Ses trois occupants se cachent dans une famille. Les jeunes manifestants mettent le feu au véhicule et diffusent en direct les images sur les réseaux sociaux.

Après avoir bloqué l’accès au pont Woyowayanko, les éléments de la Garde présidentielle lourdement armés ont bouclé le périmètre de la Résidence du président sur un rayon de plus d’un km. La situation a été maîtrisée au bout du compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *