Les weekends d’écriture créative de l’association Ecritures des Suds : Six lycéens affûtent leurs plumes !

Du 18 février au 11 mars 2017, au Centre de Formation en Photographie (CFP-Bamako), six jeunes élèves se retrouveront tous les weekends avec un coach littéraire pour écrire une nouvelle littéraire sur le thème : « Passerelle – D’un rêve à un autre ».

Organisé par l’Association ‘’Ecritures des Suds’’, en collaboration avec le CFP-Hippodrome, cet atelier a pour but d’amener des lycéens à réfléchir sur la problématique de l’emploi des jeunes africains après leurs diplômes universitaires.

L’atelier fait partie d’un projet qui inclut aussi des tournées de lecture dans chacun des lycéens participants et l’édition d’un recueil des nouvelles obtenues. Ce projet est lui-même le prolongement d’un autre projet collaboratif qui a fait travailler le Centre de Formation en Photographie pour sa dimension  photographique et la compagnie burkinabé Théâtr’Evasion pour sa dimension dramatique.

Les six participants au projet sont : Mariam Coulibaly (lycée Klévire de Doumazana) ; Mahamadou Coulibaly (lycée Bah Fanta Coulibaly) ; Nouhoum Bagayoko (lycée La Lanterne) ; Diahara Touré (lycée Toubacoro 2) ; Médio Badra Alou Traoré (lycée Toubacoro 1) et Gnagna Traoré (lycée LPrimo de Kati).

L’association a fait appel à trois jeunes professeurs de français pour assurer le coaching littéraire des jeunes regroupés par écurie de paires mixtes.

Les images qui vont servir de support aux jeunes écrivains en herbe tout le long de ces week-ends d’écriture ont été prises par des photographes photographe formés au CFP-Hippodrome, dans le cadre du projet collaboratif dénommé Longing for the future, et sur la base de textes relatant la vie réelle de jeunes diplômés attendant un emploi.

Minga S. Siddick, président de l’association ‘’Ecritures des Suds’’, a précisé :

«Il s’agit pour vous d’écrire des histoires imaginaires mais vraisemblables et touchantes qui mettent en évidence la souffrance de ces jeunes africains dont les rêves se brisent face aux dures réalités de la vie.»

Quant à Soilé Cheick Amadou, écrivain ivoirien de passage à Bamako et invité au lancement de l’atelier, a dédicacé une quinzaine d’exemplaires de son dernier recueil de nouvelles intitulé Rêves brisés aux jeunes auteurs, aux coachs et à l’équipe de l’association EDS. Responsable de la communication de l’association des écrivains de Côte d’Ivoire (AECI) et président du Conseil d’administration des Editions Eden qui vont éditer le recueil de nouvelles de l’atelier, Soilé Cheick Amidou n’a pas caché sa grande satisfaction face à cette initiative. « C’est une chance extraordinaire que vous avez de participer à ce bel exercice d’écriture qui peut vous ouvrir bien des portes », a-t-il dit aux jeunes lycéens. Le Directeur du CFP, Yousouf Sogodogo, pour sa part, a d’abord salué la présence de l’ensemble des hommes de culture pour le lancement de cet atelier, avant de souhaiter une bonne chance à tous les participants.

Il faut préciser que ce projet est financé par le Centre des études africaines de l’Université de Bâle, en Suisse.

Ousmane Ballo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *