Libération du Camp I de Kidal : l’ultime chance de la CMA

Deux ans après la signature de l’accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, son application effective tarde à se concrétiser. Dans une lettre ouverte adressée à Brahim Ould Sidatti, représentant de la Coordination des mouvements de l’Azawad(CMA), S.E Ahmed Boutache, président du CSA (comité de Suivi de l’Accord) désigne clairement la CMA comme responsable de la situation et L’invite à honorer ses engagements en commençant par libérer le camp 1 de Kidal.
Après une réunion extraordinaire (le 23 mai dernier) entre les membres de la médiation internationale et les représentants du gouvernement malien, le président du comité de suivi de l’Accord (CSA) a adressé à Brahim Ould Sidatti, représentant de la Coordination des mouvements de l’Azawad(CMA).
A travers cette lettre, il demande au mouvement armé (CMA) d’honorer son engagement solennellement pris pour libérer le Camp1 de Kidal qu’elle occupe afin de permettre la mise en place du MOC dans la région.
« Cette attitude de la CMA (de ne toujours pas libérer le bâtiment) participe d’une volonté manifeste de blocage de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger, et ne sert nullement les intérêts de la paix dont la construction cristallise tous nos efforts. », signale-t-il.
Le diplomate algérien qui qualifie aussi cette attitude de la CMA de ‘’ négative et préjudiciable’ à maints égards à la concrétisation de nos objectifs fondamentaux communs’’, ne peut dit-il, que conduire, au bout du compte, à retarder davantage la mise en œuvre de l’Accord qui a déjà enregistré un retard notable relevé et pointé du doigt par tous, et, en même temps, priver les populations du Nord d’accéder enfin aux dividendes de la paix et de la réconciliation dont l’attente s’éternise du fait de manœuvres politiciennes aux desseins inavoués condamnables.
C’est pourquoi, le président du CSA, exige aux mouvements armés de respecter leurs engagements de libérer le bâtiment sans délai.
« Au nom de la Médiation Internationale lasse de toutes ces tergiversations et de tous ces rebondissements dénués de tout sens et contre-productifs, je vous exhorte à honorer, sans délai, l’engagement pris d’évacuer le bâtiment occupé par vos hommes en armes à Kidal. Ce sera là, pour la CMA, la seule possibilité et la chance ultime de garder encore une certaine crédibilité et une certaine respectabilité et de continuer à être un partenaire dans la construction de la paix » martèle S.E Ahmed Boutache.
Aussi, menace-t-il, si, dans les plus brefs délais, la CMA ne fait pas le geste de bonne volonté attendue d’elle, elle fera l’objet d’une condamnation unanime de la communauté internationale et s’exposera à des mesures contraignantes dont la toute première sera la suspension, avec effet immédiat, du règlement des indemnités de ses représentants au sein du CSA et des sous-comités thématiques.
Source: Le 26 Mars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *