Litige foncier entre les villages de Niamana et de Kognini : Plus de 200 familles menacées de déguerpissement

Plus de 200 familles du village de Niamana sont menacées de déguerpissement par l’Agence immobilière “Le Prestige” qui déclare agir en exécution d’un mandat général de gestion immobilière convenu avec le village de Kognimi. La tension est palpable à Niamana où les réunions et assemblées générales se succèdent pour empêcher ce déguerpissement.

Devant plus de 300 participants, le président de l’Association pour le développement de Niamana, Moussa Fomba, le président de la confédération syndicale des travailleurs du Mali, Hamadoun Hamion Guindo, le neveu du chef de village de Kognini, Fagnery Traoré, l’imam Kouma de la mosquée de Niamana Foukakènè, le président de l’association de Kognini Yacouba Coulibaly ont animé une conférence de presse le 1er octobre dernier près de la mosquée “Mangané” au Fouga Kènè.

L’ordre du jour portait sur les opérations de déguerpissement. Selon Moussa Fomba, le deuxième intervenant avec après l’imam Kouma, « la loi qui interdit de créer un titre sur un autre est la loi n°2012-001 portant modification de l’ordonnance n°00-027-RPM du 22 mars 2000 portant Code domanial et foncier, modifiée et ratifiée par la loi n°02-008 du 12 février 2002 ».

Selon les conférenciers, le TF 17808 du village de Kognini porte sur 227 ha 93a 54 ca, un titre datant de 1956 dont la servitude va jusqu’à Missabougou, Niamana, Baguineda. L’ex-gouverneur Mamadou Sylla est passé par là. « Le village de Niamana a gagné le procès contre Kognini en 2004. Du coup, la terre appartenait aux propriétaires de champs qui l’ont vendue aux ‘’Bamakois’’ en tandem avec les Préfets et les Sous-préfets. Ce terme relève du chef de Village de Kognini Faman Traoré qui nous a présenté toutes ses excuses. Il dira par ailleurs, par l’intermédiaire de M. Fagnery Traoré, que le village de Kognini n’a pas de terre à Niamana ».

Le Ministre de l’Agriculture, dans la lettre n°01007/M A-SG-AD, adressée au Ministre du Logement, de l’Urbanisme et des Affaires Financière, avait demandé l’annulation du TF 17808 de Kati qui viole la Loi n° 02-008 du 12 janvier 2002.

L’Agence immobilière ‘’Le Prestige’’ avec l’agrément n°034-PILAPI-MALI-GU qui prend le relais de son homologue SALAM, est mal venue puisqu’elle va s’embourber dans les méandres des vieilles terres de Niamana.

Kognini n’a pas demandé l’exécution du plan d’insertion de son village, loin s’en faut. Il est solidaire, dans sa majorité, avec les habitants de Niamana. « A cause des intérêts inavoués et inavouables, un jeune activiste du nom de Dembélé Mamadou, a reçu des balles dans son corps pour l’obliger à se taire et à accepter la démolition d’un quartier qui n’a rien à envier à certaines zones de l’ACI, avec de belles maisons qui ont surgi des ténèbres. Tous ont des lettres d’attribution ou des permis d’occuper ».

Selon des témoignages concordants, Boukari Traoré, ancien homme de confiance du chef de quartier, révoqué par ce dernier qui ne lui faisait plus confiance, a établi un protocole d’accord avec l’Agence immobilière “Le Prestige”, validé par le Procureur de la Commune VI. Le Directeur de l’Agence Immobilière, M. Mahamadou Diarra, un homme très puissant, a déjà déblayé le terrain au niveau des autorités compétentes pour déguerpir des pauvres citoyens. Le Collectif des familles a décidé de porter plainte contre l’enseignant Boukari Traoré et la société immobilière le Prestige.

Moussa Fomba, Correspondance particulière

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *