L’UNTM en grève toute cette semaine : Du lundi au vendredi !

Les de responsables l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) et leurs alliés ont animé le samedi 12 décembre 2020 un point de presse à la Bourse du travail pour confirmer que la grève annoncée pour les 14, 15, 16, 17 et 18 décembre 2020 aura bel et bien lieu. Ainsi, commence une semaine sans travail, du lundi jusqu’au vendredi.

Yacouba Katilé, secrétaire général de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali était l’animateur principal de cette rencontre. Il avait à ses cotés les secrétaires généraux du Syndicat libre des Travailleurs de l’Administration Territoriale, Olivier Traoré, de la SOMAGEP, Baba Diallo, et des leaders de la Plateforme d’action syndicale.

Le leader de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali a fait savoir à l’assistance que la grève en vue porte sur 9 points saillants et une trentaine de sous points. A l’en croire, ces points de revendications ne sont pas nouveaux et ont un fond plus politique que syndical. Ces revendications, à ses dires, portent sur les questions d’indemnité et de primes, la grille indiciaire. Il est anormal, s’indigne-t-il, que certains agents aient 60. 000 FCFA comme prime pendant que d’autres se la coulent douce avec plus de 1.000. 000 FCFA. Aussi propose t-il, pour l’équité et la justice sociale entre les travailleurs du pays, l’harmonisation des salaires en s’appuyant sur les recommandations du Dialogue national inclusif (DNI).

Le Gouvernement, dans le cadre des négociations avec sa centrale syndicale, s’était engagé à relancer le chemin de fer pour le bonheur des populations et des travailleurs de cette entreprise, ajoute t-il. Avant de déplorer le non respect de cet engagement faute de machines roulantes, pourtant après la réhabilitation de plusieurs gares.

La révision de la loi instituant l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) est l’un des points saillants de cette grève. Pour les responsables de l’UNTM, le grief contre cette loi résulte du fait qu’elle contient des dispositions anti constitutionnelles et attentatoires aux droits humains.

En outre, la suppression des bureaux de placement, la relecture des textes régissant le statut des contractuels en vue d’améliorer leurs conditions de vie et de travail et la situation des compressés des politiques de la privatisation, figurent en bonne place dans le préavis de grève. Dont la mise en œuvre commence ce lundi pour toute la semaine.

«Nous sommes là pour soutenir l’UNTM. Nous sommes dans un combat contre le mépris et l’injustice, érigés en mode de gestion» affirme, Olivier Traoré, du Syndicat Libre des Travailleurs de l’Administration Territoriale.

‘’Depuis un certain temps, on réfléchit à notre adhésion à l’UNTM. Désormais, cette adhésion est parachevée. L’Etat nous demande d’aller dans les centres déficitaires sans accompagnement matériel et financier. Si à partir du 18 décembre, le Gouvernement ne donne pas satisfaction aux revendications de l’UNTM, le comité syndical de la SOMAGEP entrera dans la danse et pour toujours’’ a laissé entendre à son tour, Daba Diallo, son secrétaire général.

Pour conclure, le secrétaire général, Yacouba Katilé, a exhorté les uns et les autres à développer l’unité d’action syndicale pour le bonheur de l’ensemble travailleurs du Mali.

Alpha Sidiki Sangaré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *