Mairie de la CIV du District de Bamako : Le Conseil municipal doit soutenir le nouveau locataire

Le lundi 19 décembre, s’est ouverte dans plusieurs municipalités du Mali, une session spéciale appelée « session inaugurale du Conseil municipal ». C’était l’occasion pour les nouveaux élus de faire connaissance et de dégager un cap politique pour la gestion de leur commune. Mais c’est aussi et surtout lors de cette session que les nouveaux conseillers municipaux ont procédé à l’élection du bureau communal. La CIV du District n’a pas dérogé à la règle.adama-berete-002
Dans cette commune, la coalition de partis politiques (RPM, URD, UDD, FARE, Sigida Bara et l’Association Kaoural Renouveau /CAV) a gagné son pari, en raflant tous les sièges d’adjoints au maire. Mais au finish, le maire Adama Bérété qui avait le dernier mot à travers ses prérogatives, a équilibré le jeu, en attribuant les différentes charges aux nouveaux adjoints (en fonction de ses convictions) et nommant les Officiers d’Etat-civil. Ainsi, entre autres attributions, le premier adjoint (RPM) est désormais chargé des Affaires économiques et financières, alors que le troisième adjoint CAV hérite de la Charge domaniale de la commune.
Mais si la coalition des partis politiques rafle l’ensemble des postes d’adjoints et des charges que le maire leur a attribuées, en revanche, au regard des textes réglementaires qui régissent le fonctionnement de la commune, le maire occupe une fonction centrale. C’est lui qui préside le Conseil municipal, dont il organise les travaux et exécute les délibérations. Il dispose également d’importants pouvoirs et des responsabilités propres, telles que la responsabilité des activités de police et celle de la gestion du personnel communal.
Le maire est le représentant de l’Etat dans la commune. A ce titre, il est le premier Officier d’Etat civil. C’est lui seul qui détient les prérogatives de nommer les autres Officiers d’Etat civil des différents quartiers qui vont siéger dans les différents centres d’Etat civil. C’est encore et surtout le maire qui délègue des responsabilités de gestion communale à un conseiller à travers des Commissions. A cet effet, le maire de la commune IV a procédé à la nomination des Officiers d’Etat civil siégeant dans les quartiers. Comme l’on pouvait s’y attendre, ces derniers appartiennent majoritairement à la famille politique de ses soutiens. Ce qui constitue un certain équilibre au niveau de la gestion des affaires communales.
Ainsi dans l’intérêt supérieur des citoyens de la CIV et pour favoriser une gestion harmonieuse de leur commune, le nouveau Conseil municipal doit transcender les querelles partisanes et s’atteler désormais à la quête permanente du bien-être de tous. Ce qui n’est possible que lorsque celui-ci reconnaît qu’il doit fournir au nouveau maire élu, tous les moyens nécessaires pour diriger la mairie.
Gaoussou Madani Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *