Mariam Bouri Touré, chargée de promotion de la femme à Goundam : «Les femmes s’engagent dans le développement économique et durable du pays à travers leur autonomisation.»

Les femmes de Goundam ne sont pas restées, le 8 mars dernier, en marge de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme. L’événement a été marqué par une conférence-débat sur l’autonomisation de la femme, une visite guidée du centre multifonctionnel des femmes et un match de football féminin.

C’est le centre multifonctionnel des femmes qui a abrité la conférence-débat sur l’autonomisation économique des femmes, animée par le chef service de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. C’était en présence du Sous-préfet central, du 1er adjoint au maire M. Mahamoudou Sall, du président du Conseil de cercle Talfi Ag Hamma, de la présidente de la CAFO Aissa Touré, des représentants de services techniques, des FAMA et de la Minusma, des représentantes et présidentes d’associations féminines.

Institutionnalisée Journée Internationale de la Femme depuis 1977 par les Nations-Unies, le 08 mars est célébré au Mali depuis 1994 avec des thèmes qui touchent les préoccupations féminines. Le thème choisi cette année est : «L’autonomisation économique des femmes dans un monde de travail en pleine évolution.»

Dans son intervention, Mariam Bouri Touré, chargée du service local de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille (PFEF) dira qu’il a été constaté que des efforts devraient encore être faits pour la protection des droits de la femme en vue de favoriser leur pleine participation au processus de développement. «Les femmes jouent un rôle important dans l’économie du pays à travers l’agriculture, l’élevage, la pêche et les activités génératrices de revenus. Cependant elles sont touchées par la pauvreté et la discrimination basée sur le genre qui les condamnent souvent à des emplois précaires et mal rémunérés», a-t-elle déclaré. Selon elle, cette commémoration vise la promotion du rôle des femmes dans la mise en œuvre des objectifs de développement à l’horizon 2030; et faire connaître l’importance de l’égalité de genre dans le développement socioéconomique et politique du pays. C’est aussi et surtout l’occasion de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes pour le développement de leurs pays respectifs. Egalement, elle offre l’opportunité de dresser un bilan des progrès réalisés en faveur de l’épanouissement et de l’émergence de la femme, de relever les insuffisances et d’appeler à des changements. A en croire Mariam Bouri Touré, «les femmes s’engagent dans le développement économique et durable du pays à travers leur autonomisation.» Elle a appelé à la conjugaison des efforts pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité dans le monde entier.

Au cours des débats, les femmes ont exprimé leur compassion pour les jeunes filles du Second Cycle I, victimes d’une crise phénoménale dont la source demeure inconnue. Elles ont mis l’accent sur l’entreprenariat féminin, le manque de financement et la paix pour leur permettre de mieux s’épanouir. Les femmes ont également salué l’abnégation indéfectible de la chargée de la promotion féminine tout en l’encourageant à plus d’effort. Elles ont aussi exprimé leur indignation à la tenue de l’événement à Tombouctou.  Autre temps fort, c’est la visite guidée du centre multifonctionnel des femmes (section volaille, teinture, savonnerie, plateforme et garderie d’enfants). Cette journée festive a pris fin par un match de football féminin au terrain de sable.

A.M.B

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *