Mise en œuvre du PARJEUF de l’ODHP : Mobilisation citoyenne à Ségou

Les citoyens de la commune urbaine de Ségou se mobilisent dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui au Renforcement de la Participation des Jeunes et des Femmes au développement local (PARJEUF).
Abraham Bengaly 01
Initié par l’Observatoire des Droits Humains et de la Paix grâce au soutien de l’organisation internationale OSIWA, ce projet vise à permettre aux jeunes et aux femmes leaders des six communes du District de Bamako et de la commune urbaine de Ségou, de s’engager pleinement dans la gestion des affaires locales afin d’apporter des changements positifs et d’être en mesure de défendre leurs droits fondamentaux de manière efficace pour eux-mêmes et pour leurs communautés. Le PARJEUF est entré dans sa deuxième phase avec la mise en place des comités locaux de contrôle citoyen. Avant les six communes du District de Bamako, l’équipe du l’ODHP était dans la cité des Balazans. Ainsi, la commune urbaine de Ségou dispose désormais de son comité local de contrôle citoyen.
La mise en place du comité de contrôle citoyen a été suivie par la désignation d’un élu comme point focal du projet, en la personne de Modibo Tangara. Le comité a validé son plan d’actions avant de tenir sa première séance de causerie débat dans la salle de réunion de la mairie de Ségou sur le thème « Ma Commune ». Le principal animateur de ce débat, Abdou Sékou Ouologuem, a pendant quelques heures, édifié une cinquantaine de jeunes et de femmes sur des questions relatives à ce qu’est la commune ? Comment fonctionne-t-elle ? Qui la gère ? Quels sont les acteurs qui y vivent ? Quelles sont les sources de financement ?
Les participants qui ont posé des questions et donné leur opinion sans complaisance sur la gestion communale ont apprécié l’initiative. Ils estiment que c’est un cadre idéal de discussion avec le Conseil Communal. Et désormais, le comité de contrôle citoyen va travailler en toute intelligence avec le Conseil Communal et l’ensemble des acteurs de la commune pour rendre effectives les dispositions de l’article 23 de la Constitution du 25 février 1992 qui requière que tous les citoyens œuvrent pour le bien commun à remplir toutes leurs obligations civiques et notamment s’acquitter de leurs contributions fiscales.
Faut-il rappeler que la première phase de ce projet a consisté à renforcer pendant vingt-cinq jours les capacités d’une cinquantaine de jeunes et de femmes sur les questions de citoyenneté sur leurs rôles dans le contrôle citoyen des actions dans leurs communes respectives.
Ousmane Ballo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *